Yamaha Tracer 9 GT, le Tracer trace sa route

Modèle phare de Yamaha, le MT-09 a été décliné à l’envi par la firme au diapason. L’une de ses mutations vedettes est la version trail routier Tracer, qui profite de cette année 2021 pour changer de nom et pour se refaire une beauté.

103

Forger une base de roadster solide, performante, fiable et aguicheuse, voilà le défi qu’a relevé avec brio la firme au diapason avec sa famille MT. Ces roadsters se sont vendus comme des petits pains. Fort de cette plateforme en or, la firme japonaise a eu l’idée de décliner cette petite famille sous différentes formes. Les trails routiers ayant la cote, c’est ainsi qu’est né le Tracer 9 GT, qui ne s’appelle plus, pour cette génération 2021, 900, comme pour mieux affirmer sa proximité avec le roadster star. Cette version ayant représenté 75 % des ventes en 2020, Yamaha a mis les petits plats dans les grands pour lui offrir un petit coup de jeune.

Monstre marin

Aux premiers regards, les changements esthétiques interpellent. Le Tracer 9 GT nouveau a quelque chose d’un animal aquatique, quelque part entre la murène et la raie manta. Cette impression est confirmée, volontairement ou non, par le compteur numérique, très bel ensemble high-tech, qui rappelle un masque de plongée. L’ensemble est une réussite qui ne laissera pas indifférent. On pestera un peu sur l’assemblage des câbles qui auraient pu être mieux agencés, mais les finitions sont d’excellente facture. Mention spéciale pour les valises, parfaitement intégrées à la silhouette et qui, généreuses, peuvent accueillir un casque intégral. La position de la selle est assez basse (815 mm) pour les petits gabarits. Comme le MT-09, le Tracer 9 GT profite d’un bloc qui a gagné 42 cm3 en volume (890). Le moteur y gagne en couple, en souplesse et en dynamisme à bas régime. C’est le grand point fort de ce nouveau modèle. Le trail japonais est un dévoreur d’asphalte qui se conduit comme une bicyclette, bien aidé par ses 119 ch. L’option Shifter rend l’expérience encore plus plaisante, tandis que les suspensions semi-actives, remarquablement précises, témoignent de la qualité du châssis. Une belle réussite en somme, dont le ticket d’entrée est à 11 499 euros.  

CONTENUS SPONSORISÉS