Weiterswiller – L’Arbocal sauve les vergers

L’Arbocal est une nouvelle conserverie artisanale créée par Agnès Divoux et son compagnon Dominique Morque. Voyant des vergers à l’abandon autour de leur domicile, ils ont décidé de passer à l’action et de transformer les fruits au lieu de les laisser dépérir au sol.

160
Agnès Divoux et Dominique Morque ont créé la conserverie artisanale pour ne pas laisser dépérir les fruits des vergers. ©DR

Après une carrière dans l’audiovisuel, Agnès Divoux et Dominique Morque ont complètement changé de voie. En se promenant depuis leur maison de campagne à Weiterswiller, ils ont fait un triste constat : « Certaines personnes ne s’occupent plus des vergers, car ils travaillent, ils n’en ont plus envie ou ils sont âgés. Personne ne récolte les fruits. Je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose. Nous nous sommes installés définitivement à Weiterswiller et nous avons mis notre projet à exécution », explique Agnès Divoux. Depuis mi-juin, l’Arbocal est opérationnel. Les deux fondateurs ont aménagé un laboratoire de transformation et un lieu de stockage dans l’ancien lavoir du village, qui avait servi d’atelier municipal il y a quelques années. Avec l’accord des propriétaires de vergers, ils récoltent des fruits à Weiterswiller et environs : « En échange, nous nous chargeons de l’entretien, en ôtant le gui, le bois mort, en taillant un peu les arbres. Nous pouvons aussi proposer aux propriétaires une petite rémunération », poursuit la fondatrice.

Les produits fabriqués à l’Arbocal sont vendus sur place et dans différents points de vente / ©DR

De l’arbre au bocal

L’Arbocal travaille également avec des maraîchers, pour valoriser la surproduction, les invendus et les légumes dits moches. Dans le laboratoire, le couple prépare des confitures, des condiments, des nectars et d’autres produits que l’on peut découvrir sur arbocal.eu. Il traite environ 50 kg de fruits ou légumes par jour. Tout a commencé avec les mirabelles, c’est actuellement la saison des quetsches, puis viendront les pommes. Après la transformation a lieu la mise en bocaux et l’étiquetage. Les produits sont vendus sur place, tous les vendredis de 16h à 19h, et dans différents points de vente, comme l’Entrepôt à Haguenau ou La cabane à vrac de Woerth. D’ici quelques mois, l’Arbocal proposera aussi des ateliers pour les particuliers : « L’idée est de dynamiser le village. Les gens pourront venir avec leur récolte et réaliser différentes recettes. Un arbre peut donner 50 à 70 kg de fruits, ce qui est largement suffisant », précise Agnès Divoux.

CONTENUS SPONSORISÉS