Wissembourg : Une ville deux étoiles

La cité fortifiée de Wissembourg vient de se voir à nouveau attribuer deux étoiles dans l’édition 2021 du Guide Vert. Un bon point pour la ville qui attend avec impatience la reprise des animations et le retour des touristes.

2051
Le Guide Vert présente notamment la Maison du Sel de Wissembourg ©Clin d’Oeil Photo

Les étoiles des Guides Verts Michelin sont attribuées en fonction de neuf critères, discutés et validés par les équipes d’éditeurs et d’auteurs. Une étoile signifie «intéressant», deux étoiles «mérite un détour» et trois étoiles «vaut le voyage». 

Quelques communes d’Alsace du Nord figurent dans l’édition 2021, comme Niederbronn-les-Bains et Haguenau, avec une étoile. Wissembourg en arbore fièrement deux. On retrouve dans le Guide des informations sur des lieux emblématiques, comme la Maison du sel ou le musée Westercamp, les bonnes adresses et les choses à voir aux alentours : le vignoble de Cleebourg, Altenstadt et l’ouvrage d’artillerie de Schœnenbourg. De quoi attirer les visiteurs, qui sont très attendus dans la ville depuis la fin de l’été. Malheureusement, les événements sont annulés et les restaurants sont fermés. Pour aider les acteurs locaux et animer quelque peu la ville, la mairie a fait installer rue du Sel un chalet, utilisé tour à tour par différents restaurateurs.

Un rayon de soleil ?

Après le premier confinement, l’Office de tourisme intercommunautaire de l’Alsace Verte avait constaté une reprise de la fréquentation, avec un fort engouement pour les activités de plein air, notamment la randonnée pédestre, mais avec des chiffres inférieurs
aux années précédentes.

« La clientèle de proximité était plus présente, par exemple les Haut-Rhinois. Il y avait aussi des Allemands et des Belges, mais moins que les autres années, et peu de clientèle internationale », explique Barbara Iquel-Packi, la directrice. Depuis fin septembre, en raison de l’aggravation de la situation sanitaire, les touristes se font rares. 

Tous les événements sont annulés jusqu’à fin mai, sauf les marchés en plein air : « Il est difficile de prévoir l’évolution de la situation. Depuis l’automne dernier, les événements sont soit au ralenti, soit à l’arrêt. Nous espérons un redémarrage de la fréquentation avec le retour des beaux jours et une levée des restrictions », poursuit la directrice.   

CONTENUS SPONSORISÉS