Une Mosellane crée une ceinture pour soulager les douleurs de règles

370 millions de femmes, soit 1 sur 5, souffrent de douleurs sévères pendant leurs règles, selon une étude de The Lancet. Ce problème, Asma Hassoune, 26 ans et habitante de Metz, ne le connait que trop bien.

235
Asma, créatrice de la première ceinture chauffante et massante contre les douleurs de règle, est messine.

D’aussi loin qu’Asma se souvienne, les règles ont toujours été un calvaire pour elle. Il y a quelques années, on lui a détecté le syndrome des ovaires polykystiques, qui provoque une irrégularité et/ou une absence d’ovulation. Comme elle, une femme sur dix en est atteinte (soit 186 millions de personnes), et la même proportion serait touchée par l’endométriose, une maladie de la muqueuse de l’utérus.

« J’essaye de me soulager naturellement, avec des massages et une bouillotte, parce que j’en ai marre de devoir prendre des médicaments tous les mois. » Ce sont ces solutions naturelles qui lui ont donné l’idée, il y a plus d’un an, de créer la première ceinture chauffante et massante.

« Les règles occupent un quart de la vie d’environ 16 millions de femmes en France. Je voulais créer un objet qui puisse les aider, un objet utile. Il fallait que cette ceinture soit chauffante, massante, mais aussi discrète pour que l’on puisse la porter pour sortir. Car les douleurs peuvent survenir n’importe quand et n’importe où. »

Après s’être associée au radiologue messin Omar Bakour, dont beaucoup de patientes sont concernées par le sujet, de longs mois de recherche et développement, une industrialisation compliquée au départ, plusieurs concours remportés pour ce projet, trois versions du produit testées sur différentes femmes, et un brevet déposé, la ceinture technique d’Asma vient enfin de voir le jour. « Elle produit des massages sous forme de vibration, ça nous a demandé beaucoup de travail car une certaine fréquence seulement aide à soulager les douleurs. My Moony permet d’ailleurs de contrôler l’intensité du massage et du chauffage ».

En quelques jours, sa ceinture baptisée My Moony a été précommandée plus de 100 fois, sans aucun autre levier marketing que son compte Instagram. C’est dire à quel point ce sujet est important.

Aujourd’hui, elle est fière de pouvoir dire que son produit est totalement fabriqué en France, dans trois entreprises du Grand Est, avec des composants sûrs et de haute qualité.

Asma ne compte pas s’arrêter là. Elle souhaite que sa ceinture fasse l’objet d’une nouvelle étude clinique, pour lui donner encore plus de crédibilité, et qu’elle soit par la suite remboursée, au moins en partie, par la Sécurité Sociale, pour que toutes les femmes puissent y avoir accès. « Récemment, le Gouvernement a mis des études en place pour faciliter la prise en charge des patientes. C’est indispensable car malheureusement, des gynécologues banalisent encore les douleurs de règle. Non, ce n’est pas normal d’avoir mal », conclut Asma.

Tous les renseignements sur www.mymoonybelt.com

CONTENUS SPONSORISÉS