Une année scolaire « pas comme les autres »

Alors que la France poursuit son déconfinement, le collège de Woerth, situé en zone rouge comme l’ensemble des établissements de la région, n’a pas ouvert ses portes depuis le 13 mars.

317

L’annonce du confinement n’a pas manqué de bouleverser la vie du collège Maréchal de Mac-Mahon de Woerth. « Je crois que tout le monde a été surpris par la rapidité avec laquelle tout s’est arrêté. Passer d’une vie scolaire bien remplie, agitée même parfois, à un établissement vide, c’est assez spécial ! », confie Christophe Daval, Principal du collège depuis septembre 2019. Personne ne s’est réjoui de la nouvelle, pas même les 440 élèves qui, malgré tout « l’aiment bien, leur collège ». Il a donc fallu… s’adapter. « La continuité pédagogique est assurée par l’intermédiaire de l’Espace Numérique de Travail sur lequel les enseignants déposent les cours et les devoirs. Certains organisent même des visio-conférences pour garder un lien plus direct ». Un travail considérable que mènent à distance les 32 enseignants du collège soutenus par l’ensemble du personnel. Et les élèves jouent le jeu : plus de 96% d’entre eux répondent présents !

Cette année, pas d’épreuves du Brevet

Pour ceux confrontés à la fracture numérique, une véritable chaîne de solidarité s’est mise en place entre le collège, le Conseil départemental, la Mairie de Woerth, les parents d’élèves, la Communauté de Communes et même un magasin informatique de Woerth. Grâce à eux, une douzaine de familles ont pu bénéficier d’un ordinateur. Mais cette année, pas d’épreuves du Brevet. « C’était la solution la plus sage. Même s’il y a forcément une certaine déception de ne pas passer ce premier grand examen national qui marque une étape importante dans la scolarité », ajoute le Principal.

L’attente du feu vert gouvernemental

Quid de la réouverture ? Pour le moment, pas de date précise.
« Nous travaillons sur les conditions d’une réouverture progressive du collège depuis quelque temps déjà », précise Christophe Laval. Retour des élèves sur la base du volontariat, groupes de classes limités, formation des personnels aux gestes barrières, marquages au sol. De quoi être opérationnel dès que le gouvernement aura donné son feu vert. Ce qui est sûr, c’est que cette année scolaire n’aura pas été une sinécure. Et au Principal de rappeler : « la rentrée 2020 devra prendre en compte les circonstances exceptionnelles de l’année précédente et ménager, jusqu’aux vacances de la Toussaint, des temps pour consolider les apprentissages ».    

CONTENU SPONSORISÉ