Une année en dehors du cadre

Depuis bientôt trois ans, une dizaine de jeunes haguenoviens âgés de 16 à 18 ans publie des courts-métrages amateurs sur YouTube. Les Sons of Scenarii mettent en scène des scénarios fantastiques, emprunts de rêves et de poésie. Ils ont profité de cette année particulière pour diversifier leur palette, et préparent de nouveaux projets pour 2021.

0
54
Tournage du dernier court-métrage de l’équipe / ©son’s of scenarii

Après une quinzaine de courts-métrages publiés sur les réseaux sociaux, l’équipe de créateurs autodidactes Sons of Scenarii préparait la suite.

Malheureusement, un événement improbable a frappé le monde et leur agenda, repoussant à la fin de l’année les premiers jours de tournages de leur moyen-métrage.

Sons of Scenarii a tout appris sur le tas

Fondée il y a quatre ans de manière « non officielle », à la sortie du collège, l’équipe de Sons of Scenarii n’a trouvé que très récemment son identité en s’inspirant de récits d’anticipation dystopiques comme La ferme des animaux de Georges Orwell (1945) ou du film d’anticipation Brazil (1985). « Depuis plusieurs mois, on essaye d’intégrer cette pâte à nos courts-métrages, en exploitant le chemin du rêve, du confus, et de l’incompréhensible, sur toile d’une société dérangée », confie Romain Le Geay, co-fondateur de Sons of Scenarii et réalisateur de l’équipe.

©son’s of scenarii

Le temps dégagé par la COVID-19 leur a permis de varier ces horizons, à défaut de pouvoir progresser sur leur moyen-métrage. Il y a trois mois, ils publient ainsi leur premier reportage, après s’être essayés à la technique du stop motion. La quinzaine de collaborateurs de Sons of Scenarii a tout appris sur le tas, du montage à la prise de son, en passant par le jeu d’acteur. L’an prochain, certainement lors des vacances scolaires d’avril 2021, ils souhaiteraient mettre à contribution des professionnels pour consolider leurs connaissances d’autodidactes. Auparavant, ils mettront en ligne un premier Making of et réaliseront un spot en partenariat avec le Centre socioculturel Robert Schuman, leur premier contrat professionnel.