Un trophée pour Alsafix !

C’est un événement régional majeur qui s’est tenu le 3 décembre dernier : la soirée officielle des Trophées de l’innovation du Grand Est a eu lieu simultanément à Reims, Mulhouse et Nancy, et a permis de récompenser l’entreprise de Gries Alsafix.

0
170
De G. à D. Guillaume Aribaud, Directeur Général de Solea ; Jean-Claude Roeckel, PDG d’Alsafix : Christophe Kaboré, Reponsable produits Alsafix © Grand E-nov

Depuis le mois de juin, Grand E-nov est la nouvelle Agence Régionale d’Innovation du Grand Est. Elle vise à répondre aux besoins d’innovation des entreprises.

Cette agence accompagne les entreprises dans leurs projets d’innovation : « nouveaux produits ou services à mettre sur le marché, structuration d’un projet de Recherche et Développement, identification de partenaires technologiques ou de startups, transformation digitale ou accès à des financements régionaux, nationaux ou européens », nous explique-t-on. Elle est implantée à Reims/Bezannes, Troyes, Metz, Nancy, Mulhouse et Strasbourg, et met à disposition de plus d’une centaine d’entreprises des experts en innovation.
Début décembre, Grand E-nov a décerné ses trophées de l’innovation. 66 dossiers ont été déposés et analysés, 31 finalistes présélectionnés et 13 lauréats dont 6 Alsaciens.

Une entreprise Nord-Alsacienne

Parmi les grands gagnants, une entreprise située à Gries : Alsafix. Créée en 1994 par Jean-Claude Roeckel, la société est spécialisée dans la fixation professionnelle telle que l’agrafage, le clouage ou le vissage pour n’en citer que quelques-uns. Elle emploie 60 personnes et est réputée pour sa veille stratégique « nouvelles technologies », et ses produits innovants qui lui ont déjà valu un prix dans le passé.

Un pied de poteau chimique

Cette année, c’est le prix de l’innovation qui lui a été remis par la Région. La société a créé un pied de poteau chimique. Une solution pour fixer des poteaux dans la terre grâce à une mousse polyuréthane expansive. Celle-ci se verse directement autour du poteau et à l’intérieur du trou. Son avantage : la mobilité. «Il n’y a pas besoin de sacs de béton, de bétonnière ou d’eau», explique Christophe Kaboré, responsable produit.

« C’est une idée qui a 4 ans », raconte Jean-Claude Roeckel, PDG d’Alsafix.
« Nous innovons pratiquement tous les ans, en observant les personnes qui travaillent dans le bâtiment : nous sommes sur le terrain. L’innovation est l’un des trois axes principaux de développement de notre société, et c’est par elle qu’on progresse ».

La mousse appelée PPU sera commercialisée début 2019, et Alsafix a déjà plusieurs autres projets sous le coude.