A la découverte du travail des agriculteurs

Du 30 juillet au 21 août, la Team Elsass Rallye Raid, composée du Soultzois Maxime Cuny, sa petite-amie Annlyse Noguet et son frère Arthur Cuny, a réalisé un Green Tour. Tout au long de celui-ci, ils ont prêté main-forte aux agriculteurs qui leur ont ouvert leurs portes. Ils préparent désormais un reportage pour exposer au grand public les challenges auxquels ils sont confrontés.

288
La Team Elsass Rallye Raid est partie à la rencontre des agriculteurs

La première semaine du voyage s’est déroulée à Schwabwiller, Obersteinbach et Fessenheim-le-Bas. Ils y ont rencontré un céréalier et éleveur de bovins, un pisciculteur et un maraîcher : « Nous avons séjourné plusieurs jours chez chacun. Nous avons notamment vu comment on passe à une agriculture bio, et nous avons été agréablement surpris de constater que les agriculteurs s’entraident beaucoup en Alsace », explique Maxime. Puis, ils se sont rendus dans les Vosges, dans une exploitation laitière, dans le Haut-Doubs, chez des jeunes ayant repris une ferme, et dans le Jura, aidant une jeune femme à construire sa fromagerie. Pour finir, ils ont reposé leurs valises en Alsace, chez un apiculteur de Soultz-sous-Forêts, et à la Cave de Cleebourg.

Les trois aventuriers ont rencontré des gens passionnés par leur métier

Pendant leur séjour, ils ont filmé les agriculteurs, qui se sont exprimés sur leurs difficultés : Covid, endettement, météo ou autres. « Nous sommes allés voir des personnes exerçant des métiers différents. Chacun avait ses propres soucis. Ils nous ont fait confiance et se sont livrés devant la caméra. Il y a eu des coups de gueule, des pleurs. C’était émouvant. Notre but est maintenant de transmettre leurs messages dans un reportage que nous sommes en train de préparer », raconte Maxime. Chaque jour, ils ont également posté des photos et vidéos de leur voyage sur le Facebook Elsass Rallye Raid : « Nous voulions montrer les conditions de travail des agriculteurs et inciter les gens à consommer différemment, en achetant auprès des producteurs, des AMAP ou en vrac », conclut Maxime.  

CONTENUS SPONSORISÉS