Un champion du monde en visite

Romain Febvre, 28 ans, est champion du monde de MXGP. Natif d’Epinal, il a ses petites habitudes dans le nord de l’Alsace, où il vient de temps en temps voir les progrès de la pépite locale made in Oberbronn, Arthur Roeckel . Les deux se sont retrouvés l’espace d’un week-end.

0
382
Romain Lefebvre et Arthur Roeckel

Maxi Flash : Romain, quand on sort de deux mois sans rien faire, confinement oblige, on fait quoi sur la moto ? On prend du plaisir ?

Romain Febvre : Non, on fait comme d’habitude ! (rires) Les courses officielles ne reprendront pas avant deux mois, donc on se maintient en forme. On repasse du temps sur la moto. Les Japonais (il roule sur Kawazaki, ndr) n’ont pas arrêté de travailler, on a des pièces à essayer. On essaye d’améliorer la moto, mais sur notre préparation physique, pour l’instant, on ne fait rien de spécial.

MF : Comment tu te situes par rapport à cette saison tronquée ?

Ce sera dur, parce que j’ai loupé les deux premières courses en Argentine et en Hollande, sur blessure. Le retard va être difficile à rattraper, mais il y a quand même quelque chose à aller chercher en 2020 avant de se projeter totalement sur 2021.

MF : Comment tu juges les progrès d’Arthur Roeckel, dont tu es un peu le parrain ?

Il est encore jeune, c’est dur de juger. Pour l’instant, le plus important, c’est le plaisir ! Il ne faut pas prendre les choses trop « compèt’ », les faire dans le plaisir. Il progresse bien, il vient de passer sur 125, c’est le moment crucial d’une jeune carrière, parce qu’il y a pas mal de différences. Surtout, il ne faut pas se prendre la tête. S’il a vraiment envie, il y arrivera. C’est à lui de voir s’il veut prendre des risques et aller plus haut.