Triathlon de Brumath : tu dis oui ou tu dis non ?

Le club de triathlon de Brumath passe par un peu toutes les émotions entre nouveaux licenciés, course professionnelle en octobre, et course au conditionnel fin juin.

480
Course, natation, vélo, pas le temps de s’ennuyer avec le triathlon

Alexis Dierderle est un président mi-figue, mi-raisin. Au rayon bonnes nouvelles, il sait que son cross-duathlon labellisé UCI (Union Cycliste Internationale) aura bien lieu le 9 octobre, avec « des athlètes de niveau mondial. Les meilleurs Français, déjà, et tous les frontaliers qui vont chercher des points pour le classement international. » Vu qu’il s’agit d’une course professionnelle, elle aura bien lieu. C’est moins sûr pour le lendemain, le 10, où un événement plus « local » était prévu pour compléter un beau week-end de sport. 

« J’ai l’équipe pour réagir rapidement »

Cette incertitude, elle est encore plus présente pour la date du 20 juin. Le plan d’eau de Brumath est booké, le matériel est réservé, la mairie est prévenue, mais… « J’y crois de moins en moins », constate Alexis, fataliste. « Pour les amateurs, on n’a aucune visibilité jusqu’à fin mai. En attendant, on n’avance aucuns frais. C’est dur de s’organiser. » Et si la situation se décantait fin mai, début juin ? « J’ai l’équipe pour réagir rapidement. On fera un truc simple, peut-être sans podium ni remise de prix, mais les gens le comprendront. Il faut être optimiste parfois, mais là c’est compliqué. » 

Dans cette crise sans précédent, le Brumath Triathlon tire par ailleurs son épingle du jeu. « On est un petit club de 50 licenciés, c’est un club de copains. On a 90% de renouvellement, j’ai mis la pression (rires). On a eu des nouveaux qui sont arrivés aussi, c’est vrai qu’on est un peu à contre-courant. Après, prendre une licence, c’est adhérer à une association, à un réseau. On donne des coups de main. Et puis le triathlon, l’avantage, c’est que tu ne te lasses jamais, et même avec un pépin au mollet, tu ne perds pas ta condition puisque tu peux pédaler ou nager. » Rendez-vous, peut-être, le 20 juin.   

www.brumath-triathlon.fr 

CONTENUS SPONSORISÉS