Triumph Speed Twin 2019 : la légende renaît

Sortie en 1938, la Triumph Speed ​​Twin originale a changé le visage de la moto en se dotant du tout premier moteur bicylindre parallèle, logé dans un châssis révolutionnaire. Aujourd’hui, celle qui a contribué à la légende de Triumph nous revient dans une version 2019 boostée à la modernité…

0
35

Précision, agilité et dynamisme, tels sont les trois mots d’ordre qui ont présidé à la conception de cette nouvelle Speed Twin (à partir de 12 900 €). Le roadster néo-rétro de 1 200 cm³ s’avance comme un concentré de ce qui se fait de mieux chez Triumph avec son châssis amélioré, sa position de conduite naturelle, sa capacité de freinage exceptionnelle, sa suspension haut de gamme et son dynamisme grisant.

De la Thruxton R, la nouvelle Speed Twin a hérité la puissance, le couple et la technologie, dans une configuration assagie. De la Bonneville T120, elle reprend le caractère et le confort de conduite, en y ajoutant une touche de sportivité. Équilibré, intuitif, le résultat, tout comme son homologue emblématique du xxe siècle, a tout d’une légende moderne.

Concentré technologique

Développé à partir du Thruxton R, le nouveau cadre de la Speed Twin offre une ergonomie tout en souplesse qui, combinée aux fourches avant à cartouche et aux suspension arrière réglables en précharge, procurent des sensations de conduite réjouissantes. Côté freinage, des étriers axiaux Brembo à quatre pistons mordant deux disques de 305 mm à l’avant s’associent, à l’arrière, à un étrier flottant à deux pistons couplé à un disque de 220 mm, pour délivrer un comportement sain et rassurant.

Hérité de la Bonneville, le bloc moteur double parallèle à 8 soupapes, spécialement mis à jour pour la nouvelle Speed ​​Twin, délivre une puissance de pointe de 97 ch à 6 750 tr / min et un couple de 112 Nm à 4 950 tr / min. De la puissance donc, mais aussi de la souplesse, le tout bercée par la mélopée ronronnante du british Twin dont la note d’échappement unique nous rappelle à chaque instant que les légendes ne meurent jamais…