Trans-Humanisme : vers l’Homme 2.0

L’être humain est limité par son enveloppe physique. Notre corps vieillit, nos cellules meurent, notre vue et notre ouïe diminuent. Une dégénérescence naturelle qui dans un futur proche serait stoppable, voire même réversible.

0
116

Il ne s’agit pas de science-fiction. Le Trans-humanisme est un courant de pensée très sérieux basé sur les avancées scientifiques récentes et des projections scientifiques futures. Il a pour espoir, entre autres, de permettre à l’homme d’augmenter sa durée de vie, de supprimer les maladies héréditaires, de remplacer facilement des organes et même de manipuler nos gènes pour modifier nos attributs physiques. Des attentes vertigineuses dont les bases sont déjà posées : l’étude de l’ADN, les prothèses bioniques, l’impression 3D et l’Intelligence Artificielle (ou I.A) sont par exemple des secteurs de recherche extrêmement prometteurs qui annoncent des révolutions d’ampleur dans notre quotidien.

Sciences + philosophie = ?

Puces neuronales, membres remplaçables… les promesses du Trans-humanisme bouleversent tant notre conception du monde qu’elles divisent depuis des décennies philosophes et futurologues. Sommes-nous faits pour « dépasser » notre corps ? Jusqu’où pouvons-nous anticiper ces évolutions ?

Dans son discours de la méthode paru au XVIIe siècle, Descartes tentait justement de renverser la conception de son propre monde : une théorie selon laquelle l’Homme est inférieur à Dieu. Il donne alors à l’homme le devoir d’être celui qui conçoit et transforme la nature. Frederic Nietsch reprend cette idée de l’Homme surpassant la nature en écrivant clairement : «L’Homme est quelque chose qui doit être dépassé». Il inaugure la première réflexion Trans-humaniste.

Et maintenant?

L’Humain peut déjà se greffer des prothèses bioniques commandables par la pensée, opérer sa rétine avec minutie, déterminer le sexe de ses enfants ou cloner des cellules. Sans compter que l’I.A – notre nouveau meilleur allié- se développe extrêmement vite : une forme d’intelligence qui devrait d’ailleurs dépasser l’intelligence humaine d’ici 40 ans.

Dans certains scénarios Trans-humanistes, pour continuer à évoluer, nous devrions aller jusqu’au déplacement de notre conscience. Une projection si lointaine qu’elle pose la question de ce qu’il restera de notre humanité au bout du processus. Pour l’instant, le rêve de dépasser notre corps a au moins réussi à faire progresser la médecine, un secteur qui voit chaque année de nouveaux projets éclore, promesse d’un futur avec un bien meilleur accès à la santé.