Toyota Corolla : premier contact

0
167
Toyota Corolla

Les dons divinatoires de Toyota ne sont plus à démontrer. Après avoir été le pionnier de l’hybridation à la fin du XXe siècle, le constructeur japonais avait, dès 2014, anticipé la fi n du diesel et des moteurs 100 % thermiques. La nouvelle Corolla, qui sortira en mars prochain, a été conçue pour être commercialisée uniquement en hybride. Pari gagnant ?

Nous sommes en 1999, Toyota subit moqueries et railleries de la part des experts automobiles du monde entier. Quelle est donc cette idée saugrenue d’associer un bloc thermique à un moteur électrique ? À l’époque, le pétrole coulait à flots, les considérations écologiques étaient balbutiantes et le diesel restait un carburant vertueux dont l’adoption
était plus que jamais encouragée par les gouvernements. Les temps ont, depuis, bien changé. Toyota avait vu juste sur toute la ligne et, en bon pionnier, a su récolter les fruits d’un pari courageux. En 2014, alors que le vent n’avait pas encore tourné pour le diesel, le constructeur nippon franchissait une nouvelle étape en anticipant la fi n des motorisations
100 % thermiques et la guerre des carburants que nous connaissons aujourd’hui.
Dans les cartons, une nouvelle Corolla qui ne proposera pas d’autres motorisations qu’hybrides. La voici aujourd’hui qui s’apprête à prendre la route. Départ prévu : mars 2019.

L’ÂGE DE MATURITÉ
Les précédents modèles hybrides de Toyota, que ce soit la Prius IV de 2016 ou le C-HR de 2017, avaient et ont toujours de nombreuses vertus, mais aussi une faiblesse de taille : le
train moteur composé d’un moteur hybride-essence n’offre « que » 122 ch de puissance cumulée.
C’est largement suffisant pour des usages quotidiens, mais cela représentait une limite psychologique pour de nombreux acteurs. La firme japonaise avait parfaitement conscience de ce problème. La nouvelle Corolla propose ainsi ce même ensemble mais en ajoute un
plus puissant. Le bloc 1,8 l de 98 ch est remplacé par un 2 l de 153 ch et le premier moteur électrique passe de 53 à 80 kW pour une puissance cumulée de 180 ch. De quoi regarder
dans les yeux les diesels 2 l TDI. Dans l’opération, la batterie 12 V, dont la taille a explosé, passe du moteur au coffre et fait fondre ce dernier de quelque 48 l. Autant dire que le gain en agrément de conduite est immédiatement sensible, à commencer par la ville, avec une belle puissance disponible dès les premiers appels du pied. En étant précautionneux, on peut bénéficier du mode 100 % électrique jusqu’à 20km/h puis, une fois que la vitesse est
stabilisée, sous 70 km/h. De quoi faire perdurer le plaisir de rouler sans bruit et sans émissions. La consommation en milieu urbain impressionne avec à peine plus de 4,5 l/100 km. Hors de son terrain de jeu favori, la Corolla nouvelle est également réjouissante. Alors que les routes sinueuses et les nationales ont rarement mis en valeur les qualités des hybrides signées Toyota, cette génération se fait plus dynamique, avec des reprises franches et des accélérations vigoureuses qui n’ont rien à envier aux diesels les plus puissants.
Le châssis a été adapté aux nouvelles capacités routières de la compacte et offre un confort sans grand reproche, bien servi par une direction précise et un train avant parfaitement accroché à la route.

BONNES IMPRESSIONS
Toyota ne s’est pas seulement contenté d’une mise à jour technologique. Le géant japonais a également soigné la présentation de sa nouvelle Corolla. Outre des lignes plus modernes, qui rejoignent les dernières productions de la marque sans en reprendre la trop grande
excentricité (CH-R), il convient de souligner l’effort réalisé à l’intérieur, à l’image d’un levier de vitesses enfin digne d’une automobile moderne. La qualité des assemblages est irréprochable et la présentation a un agréable côté premium lorsque l’on se tourne vers les plus hauts niveaux de finition.
On reste plus circonspect face à la nouvelle implantation de l’écran tactile posé en haut de la centrale, juste au-dessus des grilles de ventilation. Son utilisation, peu intuitive, ne viendra pas contrebalancer ce sentiment mitigé. En revanche, la nouvelle instrumentation numérique est convaincante. Côté habitabilité, la Corolla brille une nouvelle fois par l’espace laissé aux passagers, même si, batterie oblige, le volume du coffre est réduit.
Cette nouvelle génération prendra la route au mois de mars. Son prix de départ a été fixé à 30 950 €. En face d’elle, il n’y a pas grand monde : aucune berline hybride n’offre un tel niveau de puissance et il faut se tourner vers les gros moteurs essence ou diesel pour trouver un équivalent. Chez les Françaises, l’offre est inexistante, c’est donc la VW Golf 1,5
l TFSI 150 ou 2 l TDI 150, qui fait office de rivale la plus proche. Elle est tout de même 2.000€ plus chère. La Seat Leon, la Ford Focus et l’Opel Astra sont également à hauteur, sous la barre des 30 000 €, mais avec des consommations supérieures. Avec cette Corolla, Toyota a encore une longueur d’avance.