Strasbourg – Gaëlle Cuisy, une architecte au Salon de l’habitat

Le Salon de l’habitat aura lieu à Strasbourg du 22 au 25 avril au Parc des expositions à Strasbourg. Aménager son intérieur et son extérieur, construire, rénover, financer, de nombreux stands seront tenus par des professionnels pour guider les particuliers. Parmi eux, Gaëlle Cuisy, de l’agence GPlusK à Paris.

146
L’architecte d’intérieur Gaëlle Cuisy interviendra auprès des particuliers../ ©DR

Maxi Flash : Vous intervenez au Salon de l’habitat de Strasbourg, quel est votre parcours ?
Gaëlle Cuisy : Je suis originaire d’un petit village en Seine-et-Marne et j’ai fait 7 ans d’études à l’école d’architecture de Versailles. En 2000, j’ai commencé à travailler dans diverses agences, ma formation étant axée sur l’urbanisme et la conception de gros équipements. Les hasards de la vie ont fait que j’ai rejoint une agence d’architecture d’intérieur un peu luxueuse et ça m’a beaucoup plu. Avec mon associée Karine Martin, on a gagné un gros concours d’urbanisme, ça nous a donné des ailes pour lancer notre propre agence en 2008. Une folie puisque nous n’avions pas un client !

Quel sera votre rôle au Salon de l’habitat ?
Ce qui m’intéresse dans les salons, c’est de pouvoir donner mes conseils aux gens qui viennent sur rendez-vous, avec des choses préparées, un plan, une photo. J’aime beaucoup me concentrer sur divers sujets auxquels je dois répondre tout de suite, même si ressortir avec un projet clé en main est impossible en 20 minutes.

Quelle tendance se dégage dans vos créations ?
J’essaie de faire en sorte que ce que je fais ne soit pas généré par la mode, même si parfois on n’y échappe pas. En fait, il faut d’abord balayer toutes les contraintes liées au lieu, puis écouter son client, savoir lire entre les lignes. Enfin, on peut intégrer notre patte d’architecte, des matériaux, des couleurs, des formes. J’aime bien travailler sur des contrastes entre des lignes très tendues et des courbes, donner quelque chose de dynamique, en tension permanente et avoir des angles arrondis, plus agréables, plus doux, plus fluides pour la circulation et aussi souvent plus esthétiques.

Aurez-vous le temps de visiter Strasbourg et de découvrir son patrimoine architectural ?
Non, c’est un aller-retour dans la journée, mais je suis déjà restée plusieurs jours et j’aime beaucoup la ville. Ce qui me vient c’est la cathédrale, et ce qui m’intéresse, c’est essayer de comprendre le tissu urbain, comment sont imbriquées les rues. Je suis plus charmée en règle générale par les villes qui ont une histoire : les bâtiments anciens et les places m’interpellent en premier lieu.

Un exemple d’aménagement réalisé par Gaëlle Cuisy : Espaces atypiques à Paris. / ©Mattia Ribey

CONTENUS SPONSORISÉS