Stoskopf : les 150 ans d’un artiste Brumathois

En 1869 à Brumath, naissait Gustave Stoskopf, artiste touche-à-tout, cofondateur du Théâtre alsacien et du Musée alsacien de Strasbourg. À l’occasion de son 150e anniversaire, sa ville lui rendra hommage tout au long de l’année 2019.

0
173

Peintre, poète, conteur, dramaturge, journaliste sont les nombreuses casquettes que portait Gustave Stoskopf, l’enfant du pays né dans une famille de tanneurs.

De nombreuses casquettes

En 1894, il transforme un caveau à vins en cabaret avec de jeunes artistes, Charles Spindler et Léon Hornecker qui donneront quatre ans plus tard la première représentation de D’r Herr Maire, satire du petit monde politique municipal qui remporte un succès considérable. C’est encore une réussite aujourd’hui. C’est pendant l’année 1898 qu’il cofonde le Théâtre alsacien et plus tard le Musée alsacien de Strasbourg, en tant que défenseur d’une « conscience alsacienne ».

Une année dédiée à l’artiste

À l’occasion du 150e anniversaire de sa naissance, la Ville de Brumath lui rendra hommage à travers une série de manifestations tout au long de l’année 2019. Ce programme veut «refaire connaître le personnage auprès du grand public et de lui redonner tout le prestige qu’il mérite», explique la ville. Cela débutera dès le mois de mars avec plusieurs expositions, dont les premières « Stoskopf, l’alsacien » et « Brum’art rend hommage à Stoskopf » qui auront lieu respectivement à la médiathèque des Triboques et à la Fibule. D’autres expositions, soirées lectures, concerts, théâtre en plein air et fête folklorique seront organisés durant l’année.

Selon la commune, « ancrées dans la Culture alsacienne, la majorité des œuvres présentées seront en alsacien. Un travail de traduction en français de l’ensemble des présentations sera proposé. »

Parallèlement à l’exposition « Stoskopf, l’alsacien », un ouvrage consacré aux différentes facettes de l’auteur sera édité. Pour sa réalisation, la ville a sollicité un grand nombre de spécialistes scientifiques et lettrés sous la direction d’Anne-Doris Meyer.