Sous le capot

481

Il paraît que le covid est derrière nous. Enfin. Sauf que j’ai toujours eu l’impression qu’il était derrière moi, et devant aussi, sur les côtés, partout, m’a dit ma voisine, remise sur pied après deux semaines covidées, en sortant faire son footing.

Alors c’est vrai que les spécialistes nous donnent de bonnes raisons d’y croire ces temps-ci, et c’est même carrément génial pour les hommes. Pourquoi les hommes me direz-vous ? Eh bien parce que, selon plusieurs études très sérieuses, des dysfonctionnements érectiles surviennent chez certains malades après une infection de la Covid-19. Un raccourcissement de la longueur du pénis peut également se produire. Un Américain affirme même que son organe a rétréci d’environ 4 centimètres. Ce serait lié aux dommages vasculaires provoqués par la maladie et les docteurs affirment qu’il sera probablement équipé d’un sexe d’enfant de 4 ans à vie.

Pas grave, c’est pas la taille qui compte dit ma voisine, avant d’ajouter que bon, le problème c’est pour la planète. Sachant que le calibre des voitures des hommes est inversement proportionnel à la taille de leur sexe, plus il est petit, plus ils ont besoin de chevaux sous le capot. C’est effectivement très mauvais pour l’environnement toutes ces grosses bagnoles, mais nous sommes encore en démocratie elle a dit : « On achète ce que l’on veut si l’on en a les moyens, on peut même se tirer et faire du télétravail à Ibiza. C’est chouette, non ? »

Elle a souri et conclu avant de partir en petites foulées : « Comme on dit au Québec, je ne vais pas virer mon capot de bord concernant ceux qui pensent que notre démocratie ressemble désormais à une dictature, d’abord ils n’ont certainement pas conscience de ce qu’est vraiment une dictature, et même si nos libertés sont restreintes en cette période de crise, quelles sont les autres solutions pour sauver les gens ? » Elle aussi, elle en a sous le capot, ma voisine.

CONTENUS SPONSORISÉS