Skoda Kodiaq, le chevalier de la route

Le Skoda Kodiaq remporte un franc succès ! Le SUV familial tchèque domine de la tête et des épaules son segment grâce à un rapport qualité/prix inégalé. Pour continuer sur cette belle lancée, Skoda lui offre un restylage de mi-parcours bienvenu.

16
Le Skoda Kodiac truste la première place du classement des SUV familiaux. / ©dR

TeSe Skoda, correspond de plus en plus à la réalité du constructeur. La firme de Mladá Boleslav a été simplement plus intelligente que la concurrence en proposant, avec le Kodiaq, un (très) grand SUV en accord avec les capacités de financement des familles d’aujourd’hui. Résultat : le véhicule s’est vendu à plus de 600 000 exemplaires dans le monde et truste les premières places de son segment avec le Peugeot 5008, sur le Vieux Continent. Sorti en 2017, le crossover familial tchèque commence toutefois à accuser le poids des ans à une époque où la technologie impose son rythme démoniaque. L’heure du restylage a sonné.

L’art du peaufinage

L’objectif était de rester discret pour ne pas dénaturer une formule qui a fait ses preuves et qui a conduit le Kodiaq sur le trône de son segment. Le SUV reçoit tout de même une nouvelle calandre avec effet 3D plutôt réussi. Désormais, l’ensemble de la gamme hérite de feux à LED de série, qui viennent rehausser un regard plus effilé. Les boucliers avant et arrière ont également été retravaillés.

À l’intérieur, les changements sont moins visibles. L’avantage pour le Kodiaq d’avoir été en avance sur son temps lors de sa sortie est qu’il n’est pas obligé d’en faire des tonnes pour rester à la page. Le système multimédia, articulé autour d’une instrumentation 10,25 pouces, est toujours dans le coup et profite simplement d’une petite amélioration d’affichage sur les versions RS et Sportline.

Les moteurs diesel, en l’occurrence le 2 l TDI décliné en 150 et 200 ch, conservent les faveurs des acheteurs.

Le confort au rendez-vous

Mais là où le Kodiaq fait vraiment fort – pour une marque qui se positionne grâce à des prix serrés – c’est sur son niveau de finition, qui est excellent. On retrouve le souci du confort de vivre cher à Skoda avec tout un lot de rangements malins et pratiques, comme le parapluie dissimulé dans la contre-porte du conducteur. Les technologies connectées ne sont pas en reste avec le trafic, la météo, l’appel d’urgence automatique, la musique en streaming via Spotify, l’implantation de Google Street et Google Earth, la recharge de smartphone par induction ou encore la commande à distance du GPS.

Sans oublier l’habitabilité exceptionnelle, notamment à l’arrière, offerte par le Kodiaq. Les grands gabarits s’y trouveront bien à l’aise et une troisième rangée, pour passer en 7 places, est escamotable. Le coffre propose en outre un beau volume avec 720 l en configuration 5 places. Le Kodiaq est un salon sur roues !

L’intérieur, toujours à la page technologiquement, n’évolue pas. La grande force du Kodiaq demeure son exceptionnelle habitabilité.

Le thermique demeure

Côté motorisations, on aurait espéré l’arrivée de versions électrifiées, totalement ou partiellement, mais ce sera pour la seconde génération. L’offre tourne autour du 1,5 l TSI essence de 150 ch, du bloc essence de 245 ch pour la version RS et de l’éprouvé diesel 2 l TDI en 150 et 200 ch. Le comportement, inchangé, demeure toujours aussi placide – sûr, mais sans folie. En essence 150 ch, le Kodiaq accroche un premier prix à 29 980 €, soit 3 000 € de moins que le Peugeot 5008. Il faut compter 35 000 € pour un milieu de gamme bien équipé, ce qui reste toujours moins cher que la concurrence… qui n’a pas fini de trembler.

CONTENUS SPONSORISÉS