Séverine Frommweiler, Sans modération

Juste après l’évènement de cette fin d’été en Alsace du Nord, Maxi Flash a rencontré la Présidente de l’Office des sports et des loisirs de Haguenau, organisatrice du Festival du Houblon. Séverine Frommweiler est aussi conseillère déléguée au cadre de vie au quotidien et au centre-ville et conseillère communautaire. À 47 ans, elle vient de vivre son deuxième festival à la tête de l’Office des sports et des loisirs. La rencontre a eu lieu dans sa ville natale, juste avant son départ pour Ipswich où elle allait voir le concert d’Ed Sheeran.

0
66

Avant d’évoquer la 60e édition du Festival du houblon de Haguenau, un mot sur votre carrière professionnelle.

J’ai fait un BTS de comptabilité et de gestion, mais cela date quand même un peu, et je travaille chez Électroménager Mommenheim Sàrl, une belle PME de 63 salariés, spécialisée dans le secteur d’activité du commerce de détail d’appareils électroménagers en magasin spécialisé depuis 39 ans, en tant que directrice administrative et financière. J’ai fait toute ma carrière dans cette société.

C’est votre deuxième mandat à Haguenau, comment vous êtes-vous retrouvée conseillère déléguée au cadre de vie au quotidien et au centre-ville ?

En 2007/2008, quand mes enfants étaient en école maternelle, je faisais partie de l’association des parents d’élèves, j’ai été repérée par l’adjointe Simone Luxembourg qui m’a proposé de faire partie de la liste; j’ai d’abord été déléguée à la petite enfance, et en 2014 pour le deuxième mandat, j’ai changé de cadre.

Être à ce poste, dans sa ville natale, ce n’est pas anodin ?

En fait, on ne se rend pas compte de tout ce qui est fait en ville, avant de mettre le pied dans une mairie. Pour moi, c’était surtout administratif, mais quand on voit ce qui est fait… enfin, ce que nous faisons, que ce soit les évènements, les voiries, la politique sociale, les grands projets, c’est impressionnant. J’ai envie d’être utile, de rendre service.

Pourquoi aimez-vous Haguenau ?

Parce que l’on a su la faire évoluer, je pense. C’est une ville vraiment dynamique. On essaye de faire changer le quotidien de chacun. Par exemple, nous avons mis en place les terrasses, avec une charte, depuis 2008, et nous voyons les résultats aujourd’hui.

Cette année, c’était votre deuxième édition à la tête du Festival du houblon, quel est le bilan ?

Pour pour ma part, ce fut une très très belle édition, avec un temps magnifique qui nous a permis de faire beaucoup de choses à l’extérieur, comme le bal le vendredi soir. Pour moi c’est ce bal métissé qui est le fait marquant de cette édition. Et puis la programmation de groupes comme Les 3 barbus ou Les Garçons Trottoirs, la qualité des groupes folkloriques venus d’Ukraine ou du Mexique, il y avait une réelle solidarité entre les artistes, nous avons même réussi à faire un Flashmob. Nous avons partagé une belle édition, organisée avec 1200 bénévoles et 253 associations différentes, c’est grâce à eux si ce festival existe.

A priori, vu la fréquentation, il y aura des bénéfices qui seront reversés aux associations ?

C’est un peu prématuré pour l’affirmer, mais je le pense. Nous le serons définitivement cette semaine. Un sentiment de satisfaction se dégage après cette édition.

À part le travail, la ville de Haguenau et votre famille, qu’est-ce qui vous
passionne ?

Un peu de sport et les concerts ; là, je pars pour celui d’Ed Sheeran en Angleterre et j’ai l’espoir et l’ambition de faire venir quelqu’un comme lui, un jour à
Haguenau.