Sébastien Muller, président de l’Aria : « De l’apéritif au digestif, du champ à l’assiette »

L’Aria d’Alsace, association régionale des industries alimentaires, a élu un nouveau président pour deux ans: Sébastien Muller, 37 ans, dirigeant de la maison Le Pic à Meistratzheim dont la spécialité est le légume gourmand alsacien et particulièrement la choucroute IGP, depuis cinq générations.

96
Sébastien Muller a été élu président de l’Aria. / ©DR

Maxi Flash : Vous faites partie de l’Aria depuis plus de 10 ans, vous voilà naturellement président. Quels sont vos objectifs ?

Sébastien Muller : Clairement, jouer collectif, surtout dans cette situation inédite, avec le covid et la crise en Ukraine, pour être un tiers de confiance pour nos adhérents. Échanger et trouver des solutions communes en interne ou avec l’État, les collectivités, en tant que réseau fédéré qui représente l’industrie alimentaire. Développer les filières locales m’importe aussi. Par exemple, fin 2021, nous avons recruté deux personnes au service de Savourez l’Alsace, pour faire la promotion de la marque et créer des filières locales qui n’existent pas encore. Avec deux nouveautés : la digitalisation et la transformation des industries pour les aider à avoir des outils adaptés à l’air du temps ; et aussi, l’accompagnement sur le recrutement. Notre rôle, c’est de répondre aux besoins immédiats des adhérents.

Combien d’entreprises représente l’Aria ?

L’Aria Alsace, c’est une centaine d’entreprises agroalimentaires, TPE, PME, grands groupes, et en fonction de la taille, les besoins sont différents. Avec la marque Savourez l’Alsace, ce sont plus de 3000 produits distribués en Alsace, mais aussi bien plus loin, en France et à l’export. L’industrie agroalimentaire est le deuxième secteur économique en Alsace, avec quasiment 6 milliards d’Euros de chiffre d’affaires.

Les produits alsaciens s’exportent donc bien…

L’Alsace est une terre d’industries alimentaires, nous avons de belles entreprises et de belles marques connues, notre outil industriel est fort et qualitatif. Il est implanté là depuis toujours, grâce au Rhin qui nous a ramené ces produits, café ou chocolat. Cette richesse de notre territoire, c’est sa particularité : de l’apéritif au digestif, et du champ à l’assiette, c’est mon petit slogan !

La situation semble pourtant compliquée aujourd’hui ?

Oui, on le voit tous, il y a des plans B dans tous les sens, sur l’énergie, les engrais, les transports, mais ce qu’il faut retenir, c’est qu’on a été présent pendant le covid pour nourrir la nation, on le sera encore pour faire en sorte que la machine ne s’enraye pas. Ce n’est pas là qu’il faut faire des coupes, c’est notre humble mission pour s’alimenter sainement et localement.

CONTENUS SPONSORISÉS