Schweighouse – Les bons tuyaux d’EVNA

Après dix-huit mois de travaux de modernisation, l’usine EVNA (Energie de Valorisation Nord Alsace) de Schweighouse-sur-Moder ouvre ses portes aux visiteurs. Elle produit de l’énergie verte en incinérant les ordures ménagères, et bien plus encore.

265
Une borne de recharge ultrarapide pour véhicules électriques a été installée devant l’usine. / ©L.Rothan

Il n’y a qu’un pas de la poubelle pleine au plein d’une batterie de voiture électrique : « Il faut 116 kg de déchets ménagers pour recharger totalement une voiture », commence Stéphanie Faullimel, chargée de communication à l’usine de valorisation énergétique du SMITOM de Haguenau-Saverne. « Nous avons installé une borne de recharge ultrarapide devant l’usine qui est alimentée par l’électricité produite sur place. » En une demie-heure et moyennant quelques euros*, rouler écolo prend tout son sens.

Mais avant d’arriver dans les câbles électriques, la source d’énergie brute sort des cinquante camions-poubelles par jour, qui viennent déverser leur chargement dans l’immense fosse. Surplombant le tas d’ordures, un pontier pilote un grappin qui homogénéise et aère le monticule, avant de nourrir le feu au rythme de 5 tonnes de sacs-poubelle par heure. Un travail non-stop, 7 jours sur 7, qui nécessite 23 collaborateurs pour une surveillance continue. Au poste de contrôle, des écrans montrent les deux foyers et les mesures au cœur des grandes cheminées rouges.

De 1000 kg d’ordures à 8kg de déchets ultimes

« Les fumées contiennent principalement de l’eau et du CO2 » explique Mélanie Ruedy, la directrice du site. « Nous sommes largement sous les normes environnementales pour les oxydes d’azote par exemple. » Et de montrer en souriant une “chaussette” longue de 6m, « c’est un filtre à manche qui entoure de gros tubes métalliques et capte un joyeux mélange de polluants ! Sur 1 000 kg d’ordures incinérées, on arrive ainsi à 8 kg de concentré de polluants ». Ces déchets ultimes sont alors enfouis, tandis que ce qui n’est pas transformé en énergie redevient métal ou entre dans la fabrication des routes.

Les travaux de modernisation engagés en 2018 lors de la délégation à Suez ont ainsi permis de passer de 80% de rendement à plus de 95%, en « piquant encore les dernières calories des fumées. Deux boucles de récupération de l’eau ont été ajoutées, et le site est à zéro rejet aqueux. Des tuyaux, encore des tuyaux ! » s’enthousiasme la directrice, alors qu’en montant dans les étages, la température ambiante augmente nettement.

Depuis le poste de contrôle, le pontier décompacte les ordures dans la fosse avant d’alimenter les fours.

Un parcours de visite pédagogique

La majeure partie de la chaleur de combustion sert à transformer de l’eau en vapeur. Celle-ci est alors acheminée à 330°C et sous pression par des canalisations à Mars Wrigley et à la papeterie Cenpa, les clients historiques d’EVNA, tandis que Schaeffler France s’y approvisionne en eau chaude. Enfin, un groupe turboalternateur produit de l’électricité, autoconsommée ou revendue. Sans compter les 200 m² des panneaux photovoltaïques sur le toit, ou la friche qui accueille les oiseaux avec le soutien de la LPO, et les abeilles rustiques dans trois ruches. Une vision globale du cycle de la nature que la directrice souhaite transmettre.

C’est pour cette raison qu’un parcours de visite a été réaménagé lors des travaux. « Un habitant produit environ 187 kg de déchets résiduels par an, il en recycle aussi 120 kg en comptant le verre, ce qui va dans le bon sens», poursuit Stéphanie Faullimel. Des jeux de tri, de production d’électricité en pédalant, des vidéos sur les gestes écocitoyens, des murs pédagogiques… sont dédiés à la prévention. « Actuellement, on est à 15% d’erreurs dans la poubelle jaune, notamment des ordures ménagères cachées ou des erreurs de plastique. La bonne nouvelle, c’est que d’ici un an, tous les emballages plastiques pourront être triés. » En attendant, scolaires et grand public sont attendus dans le nouveau cheminement sécurisé à travers l’usine**.

*charge.freshmile.com
**Informations et réservation sur smitom.fr


Quelques dates

1978 : Création du SMITOM, syndicat mixte pour l’étude du traitement des ordures ménagères.
1990 : ouverture du site de l’usine de valorisation énergétique des ordures ménagères résiduelles de Schweighouse-sur-Moder.
1995 : installation des premiers conteneurs d’apport volontaire de papier et de plastique.
Entre 2011 et 2016 : mise en place de la collecte sélective en porte-à-porte et de la redevance incitative gérée par les collectivités.
2018 : démarrage du chantier de modernisation de l’usine pour un coût de 20 millions d’Euros.
4 septembre 2021 : inauguration d’EVNA.

En chiffres

Les ordures ménagères de 400000 habitants sont traitées, soit les 230000 habitants du SMITOM de Haguenau-Saverne, auxquels s’ajoutent ceux du Pays de Sarrebourg, du Kochersberg, du SMICTOM du Nord Alsace et une partie d’Alsace centrale.

74400 t d’ordures ménagères résiduelles valorisées en 2020.

Chaque année, 80000 MWh thermiques et 12500 MWh électriques sont produits.

CONTENUS SPONSORISÉS