Schneider Food et l’OLCA se disent « Ja »!

L’entreprise hoerdtoise Schneider Food a récemment adhéré à la charte « Mon entreprise dit JA » de l’OLCA. L’objectif : mettre en place des actions pour « rendre visible la langue régionale dans l’environnement quotidien ».

0
179

Le Président de l’OLCA (Office pour la Langue et les Cultures d’Alsace et de Moselle) Justin Vogel, et le Directeur général de Schneider Food Damien Van Overbeke se sont retrouvés jeudi 23 mai afin de signer une convention la charte « Mon entreprise dit JA ».

L’entreprise basée à Hoerdt rejoint ainsi les 400 autres sociétés de tous les secteurs d’activités confondus qui se sont déjà associées à l’OLCA. Cette opération a pour objectif de réinstaurer l’alsacien dans le domaine professionnel. Ainsi, les structures adhérentes sont invitées à mener des actions concrètes pour rendre la langue régionale plus présente au sein des entreprises. Il peut s’agir d’échanger en alsacien avec les clients par exemple.

Une entreprise attachée à l’Alsace

Créée en 1960, l’entreprise Schneider aux 14 millions d’euros de chiffre d’affaires fait travailler 31 collaborateurs et est déjà particulièrement ancrée dans la culture alsacienne. Elle propose des produits typiquement régionaux tels que des kits à Flammekueche, des spaetzle, des Kneple, des Fleischschnacka, ou encore des rösti. Damien Van Overbeke, son Directeur général, se dit très attaché au patrimoine alsacien, bien qu’il n’en soit pas originaire.

« J’ai eu un véritable coup de cœur pour cette région : la chaleur des habitants, la diversité des paysages, la richesse de la culture, les saveurs de la gastronomie et le chant de la langue. » Cet alsacien d’adoption a repris la direction de l’entreprise en 2007. « J’aime l’idée défendue par cette marque : la tradition et l’innovation associées, le goût d’une Alsace assumée et moderne. Il y a urgence à ce que la pratique de l’alsacien perdure. Il faut donner envie aux nouvelles générations, aux Alsaciens d’adoption comme moi, et plus largement à tous ceux qui n’ont pas eu la chance de l’apprendre quand ils étaient petit, de l’approcher sans complexe, par de petits mots d’abord. »

Spaetzle, Dampfnuedle, Flammenkueche…

L’entreprise s’engage donc à mettre en œuvre des actions simples faisant mention de l’alsacien sur ses supports de communication. Elle conservera la dénomination des produits en alsacien sur tous ses packagings, intégrera de l’alsacien dans ses réseaux sociaux (en faisant par exemple découvrir un mot chaque semaine), offrira un magnet avec un mot en alsacien dans tous ses Flamm’Kit et aidera à la prononciation de l’alsacien, en précisant la phonétique du nom de nos produits sur les emballages.