Schleithal – Chloé Schladenhaufen, une jeune fille qui a trouvé sa voie

Chloé Schladenhaufen vit à Schleithal. À 16 ans, elle est la première et la seule élève du département à être inscrite au bac pro Accompagnement soins et services à la personne en apprentissage. Cette année, elle suit des cours au lycée Stanislas de Wissembourg et effectue une formation pratique à la Maison d’accueil spécialisée Dietrich-Bonhoeffer de Soultz-sous-Forêts.

371
Chloé Schladenhaufen, 16 ans, est apprentie à la Maison d’accueil spécialisée Dietrich-Bonhoeffer / ©DR

Pourquoi avoir choisi le bac pro Accompagnement soins et services à la personne ?
J’ai fait une 3e prépa métiers au lycée Stanislas. J’ai alors découvert les métiers associés aux formations proposées dans l’établissement. Au début, j’ai réalisé des stages dans le domaine de la petite enfance, mais cela ne me correspondait pas. Puis, j’ai découvert le monde du handicap et des soins aux personnes âgées, ce qui m’a beaucoup intéressé. Ma professeure principale m’a alors conseillé ce bac pro.

Pourquoi vous être orientée vers l’apprentissage ?
En seconde, on nous a présenté la voie de l’apprentissage et j’ai eu envie d’aller vers le monde du travail. Cette année, c’est la première fois que ce bac pro est proposé en apprentissage et je suis la seule à l’avoir choisi. Plus tard, j’aimerais être aide-soignante. Pour cela, je continuerai mes études après la terminale, si possible en alternance.

Était-ce facile de trouver une structure qui vous accueille en tant qu’apprentie ?
J’ai envoyé plusieurs demandes à des EHPAD, mais avec le Covid, et comme cette formation était nouvelle, c’était compliqué. J’ai alors contacté la Maison d’accueil spécialisée Dietrich-Bonhoeffer. J’ai d’abord effectué un stage chez eux. Ce domaine était tout nouveau pour moi, mais ça m’a vraiment plu et ça m’a motivée ! Puis, j’ai été acceptée chez eux pour ma formation en première et terminale.

Comment se déroulent vos journées de travail ?
C’est un accueil de jour où viennent des polyhandicapés et des autistes. Nous leur proposons des activités, selon leurs capacités, par exemple nous nous promenons avec eux, nous lisons des histoires ou nous faisons de la cuisine. Nous leur donnons aussi leur traitement, leurs repas. Je m’occupe d’un groupe de douze personnes, âgées de 20 à 38 ans, avec mes collègues Olivia et Christiane, qui sont top !

CONTENUS SPONSORISÉS