Sans déconner !

62

J’étais en train de penser à un voyage en train. J’avais trouvé un nouveau sens à ma vie, je partais vivre seul loin de la civilisation, je quittais cette époque crépusculaire et sans saveur pour un avenir sans réseaux sociaux, sans poux dans la tête, sans in, sans off, sans chemise, sans pantalon, sens dessus dessous, sans spécial K, sans Qatar, sans tartare, sans sauce, sans hausse, sans prime à bord… Même si mon cerveau partait dans tous les sens, mon rêve de sieste était très agréable lorsqu’on a sonné à ma porte. Je me suis levé vite, trop vite, ma tête tournait comme dans le Silver Star d’Europa Park, mais j’ai atteint la porte sans dommage et j’ai ouvert. Ce n’était pas le livreur que j’attendais avec mon iPhone 14, mais ma voisine qui me rendait une visite de courtoisie. La chose étant rare, j’étais si étonné, et les yeux encore remplis de sommeil, qu’elle m’a demandé si j’avais trouvé de bons produits à la Foire Européenne. J’ai fait mine de ne pas comprendre, d’ailleurs je n’ai rien compris, et je lui ai proposé d’entrer prendre une bière sans alcool, vu que j’ai arrêté de boire de la vodka depuis la guerre en Ukraine, ce qui est ridicule et me punit moi-même alors que Poutine s’en balance comme de sa première chapka. Ma voisine m’a dit : sans alcool, sans blague ? J’ai répondu que mon foie et mon sang n’avaient fait qu’un tour, de Silver Star (ah ah. Bon, ça je ne lui ai pas dit) et qu’ils avaient décrété la fin de l’abondance. Elle a tourné ses santiags dans l’autre sens en disant que de toute façon elle avait un train à prendre. Je me suis rendormi sans tarder dans mon bonheur sans nuage.

CONTENUS SPONSORISÉS