Sandra Fischer-Junck « Je veux rester proche de la population »

Depuis quelques semaines, Sandra Fischer-Junck occupe le poste de maire de Wissembourg. Soucieuse de répondre aux besoins des habitants, elle place l’écoute, le dialogue et le respect au cœur de son mandat.

0
66
Dee gauche à droite : Fabien Kast, maire délégué d'Altendstadt; Sandra Fischer-Junck, maire de Wissembourg; et Jean-Louis Pfeffer, 1er adjoint. ©DR

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous présenter ?

Je suis née, j’ai grandi, j’ai travaillé et j’ai été conseillère municipale à Wissembourg. Ces deux dernières années, certaines choses ne me convenaient pas et j’ai eu envie de me présenter pour apporter du changement. Je me suis entourée d’une superbe équipe, et nous avons établi un programme réalisable. Je suis allée à la rencontre des citoyens, qui ont exprimé leurs besoins. Je tiens à ce que chacun soit écouté.

Comment se passent vos premières semaines en tant que maire ?

Mes journées sont très longues depuis que j’ai pris mes fonctions. Heureusement, ma famille et mon équipe me soutiennent. Depuis mon arrivée, j’étudie les dossiers importants, je vais à la rencontre des agents, des différents acteurs du territoire, de la population. Je reste à l’écoute des habitants. L’un de mes projets est d’ailleurs d’organiser des réunions de quartier.

Vos objectifs sont nombreux. Par quoi allez-vous commencer ?

Avant toute chose, nous allons voter les budgets, pour savoir ce que nous pouvons faire, car la ville est endettée. Nous allons agir dans plusieurs domaines, comme le transfrontalier, la santé ou l’environnement, et mener des actions pour lutter contre la baisse de la population.

Comment comptez-vous lutter contre cette baisse de la population ?

Je souhaite mettre l’accent sur l’emploi. Avec l’association Go Elan, nous pouvons développer les petites et moyennes entreprises, grâce à la comcom, des emplois dans le secteur touristique se créent. Nos priorités sont également la redynamisation des commerces et la venue de médecins généralistes, car il en manque. Enfin, il faut motiver les jeunes à rester. Après leurs études, ils trouvent ici tout ce dont ils ont besoin, et Wissembourg est vraiment une ville magnifique.