Salon de Genève 2020 : l’horizon des possibles

Du 5 au 15 mars, le monde de l’automobile a rendez-vous en Suisse. Le Salon de Genève ou Geneva International Motor Show, comme une familière ritournelle, donnera une nouvelle fois le ton de l’année, dans un contexte des plus insaisissables.

488

Le Salon de Genève a un point commun avec les hirondelles : il marque le printemps de l’année automobile. Dans un contexte où les grands événements sont moins attractifs, le rendez-vous suisse est un excellent révélateur d’avenir.

Entre les contraintes écologiques, l’avènement de la voiture autonome, les défis inédits de la mobilité de demain ou encore l’intrusion des nouvelles technologies, le futur est cependant pour le moins incertain. C’est ce qui ressort le plus de cette édition 2020 : la multiplicité des possibles.
Une baisse d’attractivité

Les deux rendez-vous annuels automobiles historiques, le Salon de Francfort et le Mondial de l’Automobile de Paris, ont subi, ces dernières années, d’importantes baisses de fréquentation. Lorsque les signaux ont commencé à passer au rouge, les observateurs ont tout d’abord pensé que ces immenses usines à gaz n’étaient plus adaptées aux attentes des constructeurs ni en adéquation avec les injonctions de l’époque : trop coûteux, trop impersonnels, trop éloignés de la réalité du monde. Selon eux, les plus petits salons allaient tirer leur épingle du jeu comme le Geneva International Motor Show (GIMS), bien sûr, pour son ADN luxueux et Shanghai, aussi, pour son implantation géographique au cœur du vaste marché asiatique. Il n’en est finalement rien. L’érosion touche aussi le salon helvétique : – 4,5 % de visiteurs en 2018, – 9 % en 2019. Pire, les constructeurs sont de plus en plus nombreux à repousser les avances du lac Léman : Peugeot, Citroën, Volvo, Nissan, Mini, Mitsubishi, Jaguar, Land Rover… la liste des absents impressionne.

La voiture du futur sera-t-elle électrique ?

Pourtant, jamais sans doute l’événement genevois n’a eu autant d’intérêt. Même s’il est vrai qu’il y a beaucoup d’absents, il reste de grands noms qui arriveront en Suisse la hotte chargée de nouveautés enthousiasmantes. Les heureux visiteurs pourront ainsi découvrir les stars de ce début d’année, comme la Golf 8, la nouvelle Honda Civic, le monstrueux Audi RS Q8, la sublime Ferrari Roma, le flamboyant Mercedes CLA Shooting Brake, l’efficient Mazda CX-30 ou encore la futuriste électrique Volkswagen ID3. En termes d’exclusivités, Hyundai devrait dévoiler son i20 de dernière génération, DS – seul rescapé du groupe PSA – présentera sa DS9, Renault la première Twingo ZE (100 % électrique) et Mercedes éblouira le monde avec sa nouvelle Classe E, classique parmi les classiques.

Genève sera aussi l’occasion de voir à quel point l’automobile est en train de muter et de prendre l’ampleur des enjeux de demain : transition vers l’électrique (d’innombrables modèles arriveront électrifiés en Suisse), voiture autonome, concepts centrés sur la mobilité future… Les amoureux de l’auto sont les témoins privilégiés d’une époque passionnante. À Genève, ils seront aux premières loges.

Infos sur : www.gims.swiss/fr

CONTENUS SPONSORISÉS