Rugby, stage commando

Rien de tel qu’un petit stage nature pour souder une équipe. Quatre jours à cracher ses poumons dans la nature, dans ce Val de Villé si verdoyant, c’était le programme pour les 35 seniors appelés à évoluer en Fédérale 3 cette saison.

0
262
Un moment de souffrance, mais aussi de bonne humeur pour les seniors du FCHR ©DR

Les stages d’intégration, c’est une coutume au FC Haguenau Rugby. Chaque année, entre la fin août et début septembre, quelques jours tous ensemble pour « renforcer la cohésion », pour reprendre les termes, l’accent en moins, du coach Nicolas Tisané. Le programme était alléchant : jeudi et vendredi, quatre heures de travail le matin, quatre heures l’après-midi. 

Pour varier les plaisirs, le samedi après-midi, un petit triathlon (avec 15 km de VTT tout en dénivelé, et un trail de 5 km), et le dimanche, pour parachever son œuvre, Nicolas avait prévu une randonnée encordée de
36 km, « avec obligation de se prendre en photo tous ensemble devant les trois châteaux du parcours », en rigole encore l’entraîneur. « Le but, c’était de pousser les garçons dans leurs retranchements, de les obliger à s’aider les uns les autres, pour se préparer à la saison difficile qui nous attend. Ce stage, c’est aussi le moment où l’on fixe les règles du groupe et où l’on fait le point sur les objectifs. » 

Progresser, à tous les niveaux

Justement, ces objectifs ? « L’an passé, on a terminé sixièmes de notre poule de Fédérale 3, on veut faire mieux. Et si possible, accrocher une des quatre premières places qui nous emmèneraient dans les phases finales. » Des matchs couperets, avec du monde, de l’enjeu, une pression, et qui seraient une nouvelle expérience pour une équipe haguenovienne relativement jeune. 

« J’ai huit cadres un peu vieillissants qui sont là pour accompagner et guider des jeunes formés au club. D’ailleurs ça me fait rire quand on nous colle l’étiquette de planche à billets, ou de mercenaires… On n’a pas d’argent, et le seul moyen d’y arriver, c’est de passer par la formation. Mes cadres, ce sont des potes pour la vie, qui ont eu envie de finir leur carrière ensemble, c’est tout. » 

Pour faire grandir le club en même temps que son équipe fanion, Nicolas Tisané a donc obtenu le recrutement de nouveaux coachs pour les catégories de jeunes, ainsi que des préparateurs physiques. 

Et il se voit bien construire quelque chose sur du long terme avec cette jeune garde qui ne demande pas mieux que de rendre la confiance qu’on lui accordera : « Tant que j’ai quelque chose à apporter à ce club, je resterai… » On devrait donc le recroiser pendant encore un petit moment…