Riedseltz : Le projet transfrontalier de gestion des eaux prend forme

D’ici février 2023, cinq gestionnaires d’eau potable d’Alsace du Nord et du Palatinat du Sud (dont la ville de Wissembourg) auront réalisé la jonction totale entre leurs infrastructures de production d’eau, marquant le début d’une nouvelle gestion harmonisée des eaux souterraines sur le territoire. La première conduite du réseau côté français a été posée à Riedseltz.

151
Engekhard Martin (à droite), la maire de Wissembourg Sandra Fischer-Junck (au centre), lors de la pose du conduit à Riedseltz le 2 septembre. / ©Documents remis

Le projet transfrontalier PAWENA (Palatinat Alsace Wasser Eau Nature) sert à la perfection le double objectif du moment : lier écologie et économie, en endiguant le gaspillage de l’eau et en préservant l’écosystème. 

Ces travaux d’envergure sont en partie soutenus financièrement par l’Union européenne dans le cadre du programme « Interreg », ils visent à garantir la sécurité et la qualité de l’eau par le biais d’une gestion transfrontalière des ressources. À terme, le projet permettra d’acheminer librement de l’eau potable entre la France et l’Allemagne, et de réguler sa répartition en fonction des sécheresses et des crues.

La source du problème

« Le but de cette opération est de mettre en place un outil qui permette une gestion alternée du réseau d’eau en hiver comme au printemps », explique Engelhard Martin, premier adjoint au maire de Bad Bergzabern. « En été, il n’y a plus assez d’eau dans les sources, et on a besoin de l’eau des puits. Sans ce système, nous sommes régulièrement confrontés à des pénuries d’eau. », souligne-t-il.

Un atout pour l’environnement

Pour l’instant, on puise régulièrement dans les nappes supérieures, celles directement connectées à nos sols et qui mettent en danger l’écosystème. Le projet Pawena permettra une concertation plus facile entre les acteurs des alentours, pour prendre des réserves d’eau au plus profond, et les redistribuer dans les zones régulièrement en manque — pour consommer l’eau intelligemment. 

La réalisation de nouveaux forages deviendra vite obsolète, contribuant ainsi à la préservation des zones herbagères, humides et forestières de deux côtés de la Lauter.