Retour rue des fourmis #17 – Dans la culotte

91
Ambroise Perrin ©EG

Quand on a raconté 100 fois la même histoire, elle est vraie. Mon frère Claude dit qu’elle est fausse, maman affirme n’en avoir aucun souvenir. Les anecdotes de l’enfance sont celles que l’on répète aux fêtes de famille, que l’on écoute avec un sourire entendu et un air de surprise de bon aloi, même si c’est la dixième fois qu’on l’entend avec des variations qu’on se garde bien de relever.

Donc cette histoire est belle et la voilà. J’ai raconté que notre salle de jeu, c’était dehors et que moi, Ambroise, le plus grand, je devais donner le bon exemple. Surtout à mon petit frère d’un an et demi plus jeune. Et quand il y avait une bêtise de faite, c’était la faute de l’aîné. On jouait tranquillement dehors. Et un accident arriva. Caca ! Claude avait fait caca dans sa culotte. Je passe les détails, ça collait, ça coulait. Il grimpe en courant les escaliers, j’avais d’autres choses à faire que de m’occuper de mon petit frère. Il redescend, propret, prêt à jouer. Jouer dehors consistait en une succession d’activités spontanées qui cherchaient à défier ce que l’on entendait en sortant de l’appartement, « soyez sages les enfants ». Claude n’avait pas été sage puisqu’il avait fait caca dans sa culotte. Il a donc été grondé, et en pleurs, il a tout expliqué, fort du haut de ses 3 ans d’une assimilation précoce des rouages, rusés et sans scrupules, de la culpabilité et de l’innocence.

« Le caca dans ma culotte, c’est pas de ma faute, c’est Ambroise qui m’a fait dedans ».

Ambroise Perrin

CONTENUS SPONSORISÉS