Retour à l’école le 22 juin : les parents sont partagés

Dimanche 14 juin, Emmanuel Macron a annoncé la reprise des cours dans les écoles et les collèges avec une présence « obligatoire » à partir du 22 juin. Après plus de trois de mois de coupure, le retour à l’école, est-elle une idée folle ? Deux familles de Haguenau et alentours ont exposé leur point de vue à Maxi-Flash.

0
450
Mathys, 11 ans, et Alban, 6 ans, ont retrouvé les bancs de l'école ce lundi 22 juin.

Emmanuel Macron a annoncé dimanche 14 juin la réouverture des crèches, écoles et collèges à partir du lundi 22 juin. Avec une présence « obligatoire ». Un retour sur les bancs de l’école rendu possible par un allègement des règles sanitaires.

Une décision qui laisse sceptique David, 33 ans, papa d’un petit Léo,
6 ans, scolarisé en CP à l’école primaire de la Musau, à Haguenau. « Je ne remets pas en question l’importance pour Léo de reprendre le programme scolaire », pose le Haguenovien qui est agent immobilier. « Mais le fait que les règles sanitaires soient allégées, je ne sais pas trop quoi en penser », s’inquiète David. « Léo est content de retrouver ses copains, c’est sûr ! », tempère-t-il. « C’est vrai que les deux mois de confinement n’ont pas été de tout repos, entre le télétravail et l’école à la maison, mais renvoyer les enfants à l’école pour quinze jours, je ne vois pas vraiment l’intérêt, même pédagogique », estime David.

« Même pour quinze jours, c’est important pour leur équilibre ».

Sabrina partage le même avis pour Alban, 6 ans, son plus jeune fils, scolarisé en grande section de maternelle à Uhlwiller. « L’école s’arrête le 3 juillet, et au départ je me suis dit que je n’allais pas l’envoyer pour seulement deux semaines », explique la maman, secrétaire dans une entreprise. « Mais mon mari et moi avons repris le travail et l’organisation n’est pas facile entre faire le prof, et suivre les devoirs »,
sourit-elle.

Le retour à l’école est plus facile pour son aîné, Mathys, scolarisé en 6e au collège Bois-Fleuri à Schweighouse-sur-Moder : « Il veut retrouver ses amis. Et enseigner l’anglais ou la physique-chimie à la maison, ça devenait compliqué pour nous et pour les grands-parents qui les ont gardés de temps en temps », reconnaît Sabrina.

Même si le protocole sanitaire sera allégé, ce retour obligatoire à l’école n’est pas anodin pour les enfants, fait-elle remarquer : « le petit ne porte pas de masque à l’école, mais c’est dur de lui expliquer qu’il ne doit pas s’approcher d’un copain pour jouer ». Et Sabrina de conclure : « même si ce n’est que deux semaines de retour en classe, c’est important pour leur équilibre ».