Réserve de la biosphère ou zone de stockage d’amiante ?

Le collectif anti-amiante, engagé dans de nombreuses actions, soutient un NON ferme face au projet d’enfouissement d’amiante porté par la société Sotravest sur le ban communal de Niederbronn-les-Bains. Le 24 mai, il organisait une nouvelle réunion publique d’informations à Reichshoffen devant un public inquiet pour le devenir environnemental du territoire.

471

“Ce n’est pas un projet d’avenir pour une ville thermale et labellisée station verte », affirme Evelyne Fuchs, militante du collectif anti-amiante. En juillet 2015, l’association HERON (Harmonie Environnementale de Reichshoffen et Observations Naturelles) découvre le projet d’enfouissement d’amiante à Niederbronn-les-Bains. « Le collectif a vu le jour la même année dans le but de préserver le patrimoine naturel », indique Bernard Schmitt, lui aussi membre du collectif.

Un enfouissement irréversible

Lors de la conférence, Evelyne Fuchs a expliqué les conséquences du projet pour l’environnement : « Deux alvéoles de 3 700 mètres chacune seront creusées dans la colline du Sandholz. Elles pourront accueillir 150 000 tonnes d’amiante en l’espace de trente ans. Elles s’étendront sur 7,7 hectares de terrain. Cela représente au total 655 000 m³ de gravats inertes. Une couche de 4 big bags en plastique remplis d’amiante lié sera recouverte par une couche de gravats. Dans trente ans, 280 tonnes de plastique en plus des 150 000 tonnes d’amiante seront stockées sur le site. »

Et l’environnement ?

Le projet stipule également qu’aucune population sensible ne doit être présente à proximité immédiate du site, que le stockage en alvéoles ne représente pas de risque d’écoulement accidentel ni d’écoulement en direction des cours d’eau et qu’il entraîne le passage de 15 à 16 véhicules chargés d’amiante au quotidien.

En janvier 2018, un jour de pluie, les membres du collectif se sont rendus sur le site. Ils ont découvert le bassin de décantation et de filtration : « la zone humide ressemblait déjà à une éponge », raconte Evelyne Fuchs, photos à l’appui. Ils soulignent également que pour certaines espèces, concernant la faune et la flore, une menace existe.

Suite aux actions du collectif, le 6 mars 2017, le tribunal administratif de Strasbourg a ordonné la suspension de l’exécution de l’arrêté préfectoral du 26 juillet 2016 qui autorisait la société Sotravest à exploiter une installation de stockage d’amiante sur la colline du Sandholz, à Niederbronn-les-Bains. Aujourd’hui, « l’ouverture d’une nouvelle enquête publique entérine la mort du premier arrêté préfectoral autorisant l’enfouissement d’amiante au Sandholz », note encore Evelyne Fuchs.

Le 8 juin, les membres du collectif se sont mobilisés au centre-ville de Niederbronn afin de montrer que leur détermination ne faiblit pas. Ils souhaitent que chaque protagoniste du projet puisse sortir de la problématique « amiante » avec une solution respectueuse, et, pourquoi pas locale, en stockant de façon réversible les déchets amiantés jusqu’à la mise en place d’un centre de recyclage. La société De Dietrich Process System vient en effet de déposer un brevet innovant à ce sujet.

Lors de la réunion, la société Sotravest n’était pas représentée : aucun membre n’a répondu à l’invitation du collectif.

www.antiamiante-niederbronn.fr

CONTENUS SPONSORISÉS