Renault Arkana : le premier SUV coupé français

Premier SUV coupé conçu par Renault mais produit par son partenaire Samsung en Corée, l’Arkana mélange les codes du SUV avec un style résolument sportif et la polyvalence d’usage. Le tout avec des motorisations essence électrifiées.

423

S’il trouve ses origines dans un modèle fabriqué et commercialisé en Corée par Samsung, le Renault Arkana a été totalement revu et corrigé pour l’adapter aux goûts européens. Pour ce faire, le constructeur au Losange utilise sa nouvelle plateforme CFM-B, partagée avec Nissan pour le Captur ou le Juke, qui a juste été allongée de 34 cm pour passer à la catégorie supérieure. Il devient ainsi le premier SUV coupé français qui, cerise sur le gâteau, est doté de mécaniques hybrides ou micro-hybrides.

Un design fort

Hybride à tous points de vue, l’Arkana affiche l’image d’un SUV croisé avec un coupé alliant dynamisme et polyvalence d’usage. Avec sa garde au sol marquée (200 mm), sa ceinture de caisse haute et ses épaules généreuses, il s’inscrit parfaitement dans l’univers des SUV coupés sur lequel les constructeurs allemands régnaient jusqu’à présent sans partage. Son côté dynamique et fort est accentué par la présence de skis avant et arrière, les protections de passage de roues et la ligne plongeante du toit jusqu’au hayon arrière. Plus long que le Kadjar qui n’a pas su séduire avec 4,57 m contre 4,49 m, l’Arkana, qui ne sera pas décliné en version 4×4, vise de toute évidence une clientèle familiale plus jeune et plus connectée. Dans l’habitacle, largement inspiré de celui du Captur dont il reprend la planche de bord, les passagers trouveront toute la place qu’il leur faut pour être à l’aise avec une garde au toit acceptable et suffisamment d’espace pour les genoux (21 cm). Le coffre avec un volume de 513 l (E-TECH Hybrid : 480) n’est pas en reste malgré le dessin dynamique de l’auto. Une version finition « RS Line » apporte une touche encore plus sportive à l’auto avec notamment une sellerie cuir RS Line, un pédalier alu, des boucliers spécifiques et des jantes en alliage 18” Silverstone. Du point de vue motorisations, exit le diesel et l’essence seule. L’Arkana ne reçoit que des moteurs assistés par l’électricité, soit grâce à la technologie E-TECH Hybrid 145 ch apparue sur la Clio, avec une puissance portée à 145 ch, ou les motorisations TCe 140 et 160 dans leur version micro-hybride via un alterno-démarreur et une petite batterie de 12 V logée sous le siège passager avant. Toutes les versions sont obligatoirement associées à une boîte automatique (EDC pour les micro-hybrides, multimodes à crabots sans embrayage pour l’E-Tech Hybrid).

L’E-Tech hybrid 145 ch s’appuie sur un moteur thermique 4 cylindres essence 1.6 de 94 ch, soutenu par deux moteurs électriques : un « e-moteur » (36 kW) et un démarreur haute tension de 15 kW. Avec sa batterie lithium ion de 1,2 kWh (230V) située dans le coffre, cela lui permet de rouler jusqu’à 80 % du temps en ville en 100 % électrique. Elle affiche une consommation mixte de 4,9 l/100 km et des émissions de CO2 de 111 g/km (valeurs WLTP).

Comme sur un véhicule électrique, la batterie se régénère à la décélération et au freinage. Elle peut se recharger via le moteur thermique en utilisant, lorsque ce dernier tourne à son régime optimal, le surcroît de puissance thermique non utilisée pour faire avancer la voiture. Aucun des modèles Arkana n’est soumis au malus écologique et la gamme débute à 29 700 € pour la version micro-hybridée et 31 200 € pour la version E-Tech en finition Zen. 36 200 € pour la finition RS-Line.  

CONTENUS SPONSORISÉS