Quand le monde entier devient un jeu de piste

En ligne depuis quelques années, « Geoguessr » est une sorte de jeu de piste géant utilisant les données cartographiques de Google. Aussi ludique qu’éducatif, il est à l’origine d’une communauté importante de joueurs en France et a fait son bout de chemin jusqu’en Alsace.

62

Développé à partir de milliards de captures d’écran de la caméra Street View (qui permet depuis Google Map d’avoir un aperçu en photo du monde entier), Geoguessr met au défi les internautes d’identifier un endroit du globe avec seulement quelques indices. En quelques sortes : le plus grand jeu de piste au monde. Le service a été créé en 2013 en Norvège et a fait son chemin jusque chez nous assez tardivement. En 2020, il a véritablement explosé en France grâce à la plateforme de livestream Twitch, porté par quelques têtes d’affiche de l’Internet français.

Un cours de géographie très efficace

Évidemment, certains endroits, comme les déserts ne figurent pas dans le jeu. Impossible de réviser la topographie du Sahara ou de la Sibérie. Les emplacements sont limités aux routes qui ont été photographiées par les caméras de Google Street View et c’est pourquoi certaines zones d’Afrique et d’Asie ne sont pas affichées. Dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, la quasi-totalité des rues, places et chemins y figurent. Deux Bas-Rhinois de 17 et 22 ans, Thomas et Esteban, ont suivi l’évolution du jeu grâce à Antoine Daniel, Mister MV ou encore Squeezie, trois des créateurs les plus suivis sur la plate-forme : « Au fil du temps, on apprend les particularités de pays en pays. Ça peut venir d’une publicité, de l’extension de domaine d’une adresse internet(.fr, .it, .uk…), du plan d’une ville ou le nom d’une route… Je suis devenu un expert des plaques d’immatriculation par exemple », explique Thomas, qui joue au jeu depuis le confinement. Son ami reprend : « On se rend vite compte des similarités entre les pays d’une même zone géographique. Il faut s’attarder sur les détails comme le matériau des bâtiments, la largeur des routes, etc. Je veux devenir botaniste et moi, mon truc, c’est observer la végétation. »

« Une fois, j’ai fini à Haguenau 

par hasard ! »

Les personnes qui se lancent assidûment dans Geoguessr deviennent des détectives-géographes en un rien de temps. Certains parviennent même à se repérer en moins de vingt secondes peu importe leur lieu de chute et le continent. Mais les probabilités de retomber chez soi sont extrêmement faibles – de l’ordre de se faire foudroyer deux fois.
« Pourtant, une fois, j’ai fini à l’entrée de Haguenau par hasard », explique Esteban. « Mes potes n’y croient toujours pas, mais j’ai fini cette partie en moins de six secondes… Un des meilleurs scores mondiaux ! ».  

CONTENUS SPONSORISÉS