Pour un centre-ville prospère

0
156

Certains commerces de Bischwiller sont en difficulté, mais des solutions sont envisagées pour remédier à cela, comme des formules pour fidéliser les clients.

Face aux centres-villes développés des grandes communes, aux zones commerciales qui ouvrent, aux galeries marchandes qui s’agrandissent, à Internet, les commerçants de Bischwiller ont parfois du mal à s’en sortir.

Plus de complémentarité

« Six ou sept commerces ont fermé récemment, et cinq sont sur le point de baisser le rideau », annonce Bernard Heckert, président de l’Association des Commerçants et des Artisans de Bischwiller (ACAB).

« Des vitrines sont vides, c’est alarmant. Je pense que l’une des solutions est que les commerçants qui souhaitent s’installer à Bischwiller soient bien informés sur la concurrence. Par exemple, si des zones commerciales vont ouvrir à proximité. Il faut tenir compte des enseignes qui y seront présentes. Nous avons aussi énormément d’opticiens, de coiffeurs, de commerces de restauration rapide en ville,  alors que nous manquons de pressings, de cordonneries ou de quincailleries. Il faudrait agir pour que les commerces ne soient pas concurrents, mais complémentaires. Ensuite, il faut chercher à fidéliser les clients ».

Motiver les achats chez les petits commerçants

Justement, Monique Zeidler, la présidente de l’amicale du personnel du Centre hospitalier départemental de Bischwiller, a trouvé une idée pour encourager les gens à effectuer leurs achats au sein de la commune : « À l’hôpital, il y a environ 800 employés, et environ 400 sont membres de l’amicale. Mon idée est de proposer aux membres, à partir de janvier 2019, un carnet de remises avec des offres proposées par les commerçants participants à cette opération. »

« Favoriser le commerce de proximité »

Monique a déjà présenté son projet à l’ACAB. Lors d’une réunion, elle a pu discuter avec quelques personnes intéressées : « Ce mois-ci, je vais me rendre chez des commerçants membres de l’ACAB pour discuter des offres qu’ils pourraient proposer à nos membres. Je me rendrai également chez d’autres commerçants. Chacun décidera lui-même de son offre. Mme Muller, la première adjointe, ainsi que le Maire Netzer m’encouragent dans cette démarche. J’irai voir des personnes à Oberhoffen-sur-Moder et à Kaltenhouse. Mon idée est de favoriser le commerce de proximité. À l’amicale, nous soutenons déjà nos commerçants locaux, en effectuant des commandes groupées et en réalisant nos achats dans la commune. »