Pour ne plus se casser les oreilles

La compagnie Les Passeurs d’Ondes présente « La Soupe aux Oreilles », une comédie musicale pour sensibiliser les enfants aux risques auditifs. 300 élèves du CE2 à la 6e vont bénéficier des trois représentations offertes en collaboration avec les services académiques et la ville de La Wantzenau.

0
66

La Soupe aux Oreilles est un spectacle jeune public avec une double dimension. Sur scène, Victoria Erulin et Nicolas Senty se donnent la réplique dans un conte pédagogique très coloré. Dans l’histoire, une sorcière cherche à préparer une potion « à base de son », une potion qui fera rétrécir les oreilles du prince, trop grandes au goût de la princesse.

L’ingrédient le plus précieux : le tout premier acouphène d’un rockeur… un rockeur persuadé que le rock ne s’écoute qu’à fond. Pendant le spectacle, les deux comédiens forment un duo décoiffant qui alterne entre moment de divertissement et petite pause pédagogique.

Entendre en s’amusant 

Le principe du spectacle : on chante, on danse et on fait des tours de magie. Depuis 2005, la Soupe aux Oreilles a choisi de faire rire et rêver les enfants. Selon le directeur artistique de la pièce, Lou Glasman, pour faire de la prévention, il n’y a pas mieux que de venir voir un spectacle : « C’est un outil pédagogique sans équivalent, très efficace. Il nous fait sortir, ça brille, il y’a des couleurs. Ici, quelque chose marque les esprits. On a encapsulé dans ce spectacle un message de prévention, mais ce que perçoivent les enfants, c’est surtout l’humour et le divertissement ». Avant le spectacle, les professeurs reçoivent une petite fiche didactique pour appréhender le sujet. Après le spectacle, un petit moment d’échange permet aux enseignants de revenir sur ce qui a été abordé dans la pièce. Pour poursuivre la médiation, c’est avant tout les professeurs qu’on doit convaincre.

un trouble qui pourrait être éviter

Une étude réalisée par l’OMS conclut qu’environ 360 millions de personnes souffrent d’une déficience auditive considérée comme invalidante (soit 5 % de la population mondiale), avec notamment près de 32 millions d’enfants. Depuis ces dernières années, c’est surtout le temps d’écoute au casque qui fait peur. Si le spectacle s’adresse particulièrement aux enfants, c’est parce qu’ils approchent d’une période où leur mode de consommation de la musique va changer : leur autonomie sera plus grande au collège, et, dans les transports, ils utiliseront beaucoup plus souvent le casque.

Créé en 2005, le spectacle est en constante évolution pour rester à la page, appréhender aux mieux les problèmes auditifs : « On dispose avec ce spectacle d’un laboratoire d’expérimentation ». Le texte a changé, les arrangements ont changé, et certains membres de l’équipe aussi. Les Passeurs d’Ondes mènent leur action en Alsace depuis 2013. Partout en France, plus de 6 650 enfants et plus de 250 enseignants ont profité de cette action de sensibilisation.