Pierre Ebede (FRH) : « C’est un plaisir immense »

La bonne nouvelle est tombée la semaine dernière pour les footballeurs du National 2 : leur championnat reprend ! Le capitaine du FR Haguenau s’en réjouit, mais prévient : il ne faudra pas perdre de temps à se mettre en route.

441

Maxi Flash : Pierre, ça y est, ça reprend…

Pierre Ebede : C’est un plaisir immense ! On avait passé le temps à s’entraîner, sans vraiment savoir quand on rejouerait. On avait déjà un peu repris avec la coupe de France, ça nous avait fait beaucoup de bien. D’ailleurs, on aurait dû faire beaucoup mieux, c’est une faute quelque part (le FRH a été éliminé aux tirs au but par Saint-Louis, N3, avec un but encaissé en toute fin de match, ndr). Mais qu’à cela ne tienne, on devra être mieux préparés pour le championnat. Là, c’est la N2, il va falloir aller au charbon et prendre des points rapidement. 

Vous aviez très bien débuté, avec 3 victoires, 4 nuls, une seule défaite et une 3e place après 8 journées… Ça aurait été dommage de s’arrêter là, non ? 

L’ambition réelle du début de saison, c’était de se maintenir le plus tôt possible, de bien travailler pour être plus ambitieux la saison suivante. Après, on a le droit de rêver, mais sans se prendre la tête. Une saison peut partir d’un rien et tu peux finir comme l’équipe à abattre. On a un bon groupe, et si on reste sérieux, qu’on travaille bien, on peut créer la surprise. En espérant aussi avoir tout le monde en forme jusqu’au bout. 

Du haut de tes 41 ans, qu’est-ce qui te motive encore, toi qui a connu le monde professionnel (voir par ailleurs) ? 

Je crois que je fais juste partie de ces gens qui sont passionnés. Quand je vois Gigi Buffon qui joue toujours à la Juventus à 43 ans… Avec un peu de chance, j’aurais aussi pu continuer en pro, encore aujourd’hui hein ! Mais à Haguenau, je prends du plaisir, il y a toujours l’adrénaline des matchs, et puis ça me fait du bien de tirer les jeunes vers le haut, avec toujours cette détermination. Quand ils voient ce que je fais à mon âge, ça doit les pousser à faire beaucoup plus, eux les jeunes ! (rires) 

Et toujours la même envie d’aller au boulot et d’enchaîner avec l’entraînement le soir… Tu fais quoi dans la vie ? 

J’étais un peu intérimaire, et là je travaille à La Poste à Ingwiller. Je m’épanouis, je suis bien, je suis entouré de gens formidables. C’est marrant parce que quand les collègues ont su que j’avais été pro, ils m’ont demandé pourquoi je travaillais à la Poste ! Mais je suis une personne normale ! Pro, ok, mais je n’ai pas gagné des sous comme Neymar, Mbappé ou Cristiano Ronaldo ! (rires) J’avais un boulot, et je retourne au boulot quoi. 

Tu te vois jouer encore longtemps ? Tant que la passion sera là ? 

On verra, mais là, je suis content parce que j’ai été reçu pour une formation d’entraîneur à Paris, je vais passer le brevet avec tous les anciens pros. À un moment, je vais peut-être aussi devoir m’investir un peu plus là-dedans. Pourquoi pas en m’occupant des jeunes à
Haguenau ? 

Donc ta vie est à Haguenau, tu es bien en Alsace !

Je suis bien avec les gens que j’ai autour de moi. Au niveau du club, ça m’a clairement galvanisé qu’il compte sur moi, à un moment où peut-être je me posais des questions. Je n’ai pas besoin de changer juste pour changer.

CONTENUS SPONSORISÉS