PETR : Une seule structure pour tout simplifier

Six intercommunalités d’Alsace du Nord se sont regroupées au 1er janvier sous le nom de PETR. Le but est de simplifier les échanges et les prises de décisions à l’échelle du territoire.

0
116

Depuis le 1er janvier 2019, le Pôle d’Équilibre Territorial et Rural (PETR) d’Alsace du Nord a été créé.

Derrière ce nom un peu barbare, se cache en fait une seule et unique structure qui va permettre de simplifier les prises de décisions communes sur le territoire nord-alsacien. « Il y a des sujets que les intercommunalités ne peuvent pas traiter seules », explique Claude Sturni, son Président.

Six intercommunalités

En bref, le PETR d’Alsace du Nord va permettre des échanges entre le Pays de Niederbronn-les-Bains, la communauté de communes de la Sauer-Pechelbronn, celle de l’Outre-Forêt, celle de la Basse-Zorn, le Pays de Wissembourg, et la Communauté d’Agglomération de Haguenau. C’est près de 200.000 habitants, 105 communes et un territoire de 1110 km2.

Disparition des autres structures

Jusque-là, il existait déjà un SCoTAN, un Schéma de Cohérence Territoriale de l’Alsace du Nord, qui permettait de coordonner tout ce qui concerne l’habitat, les déplacements, le développement commercial, et l’environnement. Ce schéma va donc disparaître, tout comme à terme, l’ADEAN, qui est une structure associative.

Désormais, le PETR aura trois compétences : l’aménagement du territoire, dans la continuité des actions de ce SCoTAN, la création d’un Plan Climat Air Énergie, et le soutien des initiatives concernant les énergies renouvelables.

Un porte-voix

« Le PETR devient un outil politique de l’affirmation territoriale de l’Alsace du Nord. C’est le porte-voix des élus locaux, il a plus de valeur qu’une association. Nous avons besoin d’une voix qui porte suffisamment pour se faire entendre » face aux métropoles, précise Claude Sturni pour ainsi prendre « le contrepied de la fracture territoriale qui menace en Alsace du Nord ». Entendons par là la préservation des transports en commun, des commerces de proximité, des soins sur le territoire, la gestion des différents points de développement et des zones d’activités, la vigilance et l’anticipation par rapport à une éventuelle désertion du territoire. Le tout pour que les différentes communes ne se fassent pas concurrence et soient solidaires.

Les organes du PETR

58 délégués ont pris leurs fonctions début janvier. Un bureau composé de deux membres de chaque intercommunalité et de six membres de la CAH va se réunir tous les mois.

Les 105 maires du PETR vont se réunir annuellement à l’occasion de la conférence des maires, et un conseil de développement territorial va également être créé. « C’est un ensemble de personnes non élues qui représentent la société civile : des acteurs de l’économie, ou autre ».

Cette structure dispose d’un budget de 450 000€ et quatre personnes y sont consacrées. Géraldine Staerle en est la directrice.