Petite balle, grands effets

On jouait le week-end dernier dans toutes les divisions. A Hoerdt, on est passé voir les représentants de la D1 à la D4, avec quelques beaux moments.

0
141

Le ping, c’est comme le reste. Vous avez les bons, et vous avec les un peu moins bons. Je le dis en toute modestie, moi dont le palmarès se résume à un quart de finale du tournoi de la plage à Roquebrune-Cap-Martin en 1997 (et j’avais gagné une crêpe au Nutella). Alors, à Hoerdt, on est allé voir comment on taquinait la balle blanche. Quelques cris de rage, quelques poings serrés, quelques scènes de dépits aussi, avec ce jeune qui, rejoignant ses équipiers, leur a lancé : « Bon… Bah j’ai encore perdu. » Réponse : « Ah ? Toi aussi ? »

En phase de poule, on s’acharne, on ne lâche rien. On suit la D1 et un match attire l’attention. Mon consultant, Nicolas Hey de l’Avenir Kochersberg TT (qui attend son match, et qui finira 4e), me glisse à l’oreille de bien regarder : « Porte plume contre picots longs. » Hein ? « Julien Leonard, il joue en prise chinoise si tu préfères, toujours le même côté de la raquette, et Arnaud Vaysse, il a des picots longs, ça permet de défendre loin de la table, ça inverse les effets. Les deux sont très chiants à jouer. » On assiste effectivement à une très belle empoignade. Plus tard, c’est l’incroyable Gaëtan Gervais (Betschdorf TT) qui allait se hisser en finale, effaçant, trois, quatre niveaux d’écart pour aller titiller Jonathan Popp (Haguenau TT) en finale. Popp s’imposera logiquement, face à un Gervais « totalement en rut », pour reprendre les termes de notre ami Nicolas, battu en demi-finale. Bilan de l’après-midi : on s’est pris au jeu, et on a pu admirer quelques points magnifiques. Et ce n’était que de la départementale… Je n’aurais même pas gagné une crêpe.