Pauline Jung : « La participation citoyenne est fondamentale dans tous les domaines »

La Ville de Brumath et son Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) viennent de clôturer une grande enquête auprès des habitants. Quels sont les points forts de la ville ? Quels sont les services à améliorer ? Pauline Jung, adjointe au Maire en charge des solidarités, dresse le bilan.

474
Pauline Jung, adjointe au Maire en charge des solidarités

Maxi Flash : Quel était l’objectif de cette enquête ?

Pauline Jung : La sécurité, l’environnement, la jeunesse, le logement, les seniors, etc. : nous avons pu mieux cerner les préoccupations des Brumathois dans des domaines très variés. Désormais, nous pourrons concrétiser des idées pour la ville en nous appuyant sur des témoignages concrets. Nous avons eu plus de 350 retours, c’est plutôt réjouissant ! Nous souhaitons faire de la participation citoyenne un fondamental dans tous les domaines, et ce, tout au long du mandat.

350 témoignages, cela peut paraître peu. Ces résultats reflètent-ils selon vous la diversité des opinions des habitants ?  

C’est toujours la limite des sondages, ils ne reflètent que la vision des gens qui y participent. En l’occurrence, le panel était représentatif de la population. La démarche repose sur une analyse socio démographique préalable, suivie d’une large enquête en direction de la population, par courrier et voie électronique, mais également d’entretiens qualitatifs avec les acteurs locaux de l’action sociale (associations et entreprises).

 

Très concrètement, comment envisagez-vous d’améliorer les points où le bât blesse (le vivre ensemble, l’accès aux commerces et l’accès aux transports) ?  

Nous allons créer des groupes de réflexions afin de mieux nous connaître et de mettre en œuvre des projets communs. En priorité, nous souhaitons renforcer le repérage et l’action coordonnés face aux situations d’isolement et de fragilités sociales (personnes âgées, malades). Nous avons notamment un projet de
« Maison des Services » qui verra le jour dès cet été et qui permettra, entre autres, de lutter contre la fracture numérique, mais également un projet d’équipement Associatif et Solidaire, dans les locaux de l’ancien supermarché. 

Enfin, vous le déplorez dans l’enquête : comment expliquez-vous la méconnaissance des habitants pour les actions du Centre Communal d’Action Sociale ?

Nous n’avons jamais fait la distinction entre l’action de la Ville et celle du CCAS. Aujourd’hui nous souhaitons renforcer son rôle et placer le CCAS en véritable coordonnateur de l’action sociale au sein du territoire, pour décloisonner les initiatives de nos partenaires associatifs, publics ou privés, car elles sont nombreuses et méritent d’être
partagées !
 

CONTENUS SPONSORISÉS