Opel Moka, noces de diamant

L’Opel Mokka est le dernier modèle du Blitz né sous l’ère GM. Le SUV a pris la route quelques années avant le mariage en grande pompe avec Peugeot. Bien pensé, il est tombé sur un concurrent qui a tout raflé sur son passage : le 2008. L’union entre les deux constructeurs a entraîné des rapprochements de bon sens et le Mokka en profite pour hériter des atouts de son cousin français, tout en conservant une originalité bienvenue.

475

L’Opel Mokka est un SUV compact né lors de la première grande vague. Depuis, les Captur, les 2008, les Niro, les T-Roc, les Juke ou les Puma ont densifié un segment qui est aujourd’hui au bord de la saturation. Dans cette terrible jungle, le Peugeot 2008 a su tirer son épingle du jeu grâce à son look très réussi et sa dotation attractive. Fort d’une alliance partie sur de bonnes bases, le Mokka profite du mariage entre PSA et le Blitz pour prendre à son cousin français quelques-unes de ses meilleures idées, tout en suivant sa propre route.

Un style à toute épreuve

Le Mokka dit ainsi adieu à son style rondelet qui n’est plus vraiment dans l’air du temps. La métamorphose esthétique est impressionnante. On pourrait y voir la griffe du Lyon, mais le nouveau protégé du Blitz conserve son surmoi germanique qui le rapproche des propositions de Volkswagen ou d’Audi. C’est la plateforme multitâche CMP de PSA qui est utilisée ici. C’est elle qui a déjà officié sur le 2008 et la DS 3 Crossback. Sur cette base solide, les designers d’Opel ont pu laisser libre cours à leur imagination. Le concept GT X Experimental présenté en 2018 a servi d’ébauche et le résultat final lui rend pleinement grâce.

Le Mokka est le premier modèle du constructeur allemand à arborer sa nouvelle charte esthétique, fondée sur la face avant « Vizor ». La calandre verticale est un hommage à l’Opel Manta des années 70. L’ensemble est harmonieux, épuré et affirmé à la fois. Esthétiquement, le Mokka devrait faire l’unanimité.

Une généreuse dotation technologique

L’intérieur a tout autant été travaillé. Certes, l’austérité germanique reste un fil conducteur fort, mais la modernité de l’équipement contrebalance un habitacle qui aurait pu être un peu triste. Côté assemblage et finitions, il n’y a en revanche rien à redire. La générosité d’Opel en termes de dotation technologique se vérifie dès l’entrée de gamme où l’instrumentation 7 pouces et l’écran central de même dimension sont de série, tout comme la climatisation manuelle, le démarrage mains libres, le système de reconnaissance des panneaux ou encore l’aide au maintien dans la voie.

Le Mokka a par ailleurs considérablement réduit sa voilure. Avec ses 4,15 m de long, c’est désormais le plus petit SUV du Blitz. Ce positionnement est affirmé. Opel ne le voit plus comme un véhicule familial, mais comme un modèle coup de cœur destiné à séduire une cible jeune et branchée. Résultat, le coffre est dans la moyenne basse de la catégorie (350 l) et l’habitabilité correcte.

L’étincelle et la flamme

Opel reconduit ici la motorisation 100 % électrique déjà embarquée dans la Corsa-E. La puissance est de 136 ch et l’autonomie d’environ 320 km. Le constructeur espère écouler environ 10 % de sa production sous cette bannière. Pour ceux qui préfèrent les flammes aux étincelles, le catalogue thermique repose sur un 3-cylindres 1,2 l essence disponible en 100 et 130 ch, ainsi que sur un bloc diesel 1,5 l 115 ch. L’essence débute à 21 300 €, le diesel à 23 750 € et l’électrique à 42 050 €.  

CONTENUS SPONSORISÉS