« On écrit l’Histoire du club »

Les joueurs du TC Bischwiller ont réalisé un exploit peu commun : promus en Nationale 4, ils ont directement enchaîné sur un titre et une montée. Direction la N3 !

0
373

“Je me disais : si on se maintient, c’est déjà beau. » Au bout du fil, Florent Walter n’en revient toujours pas. « On ne réalise pas encore ce qu’on a fait », poursuit l’expérimenté leader de cette équipe, et même de tout ce TC Bischwiller dont il est l’une des chevilles ouvrières. En refaisant le fil de ces Interclubs nationaux, Florent voyait bien Nogent survoler la compétition. « Il y avait un -15 au départ, mais il a disparu… » Et Nogent a sombré. Dès la première journée, le TCB lui a d’ailleurs infligé un violent 6-0, de quoi parfaitement lancer ce qui devait être une opération maintien. Des balles de match sauvées ici ou là, un groupe soudé, deux doubles complémentaires et surtout efficaces… Et voilà notre joyeuse équipe première de sa poule.

Un public qui répond présent

« On a eu toute la réussite d’un promu », reconnaît modestement Walter. « C’est aussi une récompense pour ce qui est fait au club depuis des années. On a été parfaitement coachés par Thierry Mathern –il a 53 ans, il connaît très bien le tennis– et aussi par son adjoint Maxime Moreau. J’ai plusieurs casquettes au club, et l’arrivée de Thierry sur la partie purement sportive, ça m’a enlevé un poids. C’est aussi grâce à nos supporters : pour le dernier match à domicile, contre Marly, il y avait une centaine de personnes ! Je n’avais plus vu ça depuis belle lurette, même lors de mes plus belles années à Obernai
ou à l’Ill TC ! »

Cette montée surprise confirme en tout cas l’importance du TC Bischwiller dans le tennis du Nord Alsace. Déjà dans le Top 10 des clubs formateurs d’Alsace, ce coup de projecteur « va [nous] faire gagner deux ans », estime Florent Walter. « On a des jeunes dans cette équipe, notamment Arthur Nagel, 16 ans, ou Julien Motz, 21 ans… Pour eux c’est un super apprentissage. C’est un travail de fond, et puis, comme je leur répète : on écrit l’Histoire du club. Ça donne envie de s’investir. »

Une vitrine pour le club

Le coup de projecteur peut-il bénéficier à l’école de tennis ? Séduire de nouveaux joueurs de rejoindre le club ? « Oui et non. Notre formation, elle est déjà connue, ça se sait déjà à travers l’école de tennis, les stages… Après, c’est vrai que l’équipe 1 c’est une vitrine, et on a de beaux projets… »

Le tennis d’Alsace du Nord tout entier devrait profiter de cette belle exposition. Une alternative possible aux clubs de Strasbourg, sans oublier que, comme l’a rappelé avec beaucoup d’empathie Florent, « Oberhoffen ou Haguenau font aussi du très bon boulot ».