Octobre rose : Muriel Schneider a “toujours gardé espoir”

Muriel Schneider, 49 ans, est originaire de Gries et habite à Schirrhoffen. Après avoir été confrontée au cancer, cette passionnée de course à pied a été choisie pour être la marraine de la Strasbourgeoise, qui a eu lieu les 2 et 3 octobre.

182
Muriel Schneider a été choisie pour être la marraine de l’édition 2021 de la Strasbourgeoise / ©Renaud Guyomard

De quand date votre première participation à la Strasbourgeoise ?

C’était en 2013. Après cette course, je me suis souvenue que je devais prendre rendez-vous pour une mammographie. Comme ma mère est décédée d’un cancer du sein, j’avais commencé les dépistages avant 50 ans. Je n’étais pas du tout inquiète, mais on m’a annoncé que j’avais un cancer du sein moi aussi! J’ai subi une mammectomie, j’ai été soignée, puis contrôlée régulièrement.

Que s’est-il passé ensuite ?

En 2018, j’ai fait ce qui devait être mon dernier contrôle. J’avais passé une super bonne année, je m’étais améliorée en course sur route et en trail, j’étais très confiante. Mais, on m’a annoncé que j’avais des métastases sur différents organes, dont le cerveau, ça a été un énorme choc. J’ai été soignée par radiothérapie, hormonothérapie, et j’ai subi une opération du cerveau. Je me suis aussi tournée vers les médecines complémentaires, les huiles essentielles, l’acupuncture, la kinésithérapie. Pour garder le moral, j’ai couru ou marché dans la forêt. J’ai toujours gardé espoir, et les métastases ont disparu !

Muriel court régulièrement et souligne l’importance de l’activité physique lors d’une maladie

La course est votre passion, n’est-ce pas ?

Oui, c’est l’une de mes passions. J’ai commencé petite, avec mon père et mon frère. Je fais partie du FCJAB de Bischwiller, et j’aime pratiquer cette activité avec mes amis, mon mari. Pendant la maladie, parfois, je trottinais plutôt, ou je suivais mon mari à vélo, mais j’ai continué à bouger. Aujourd’hui, j’ai réduit les distances, mais je fais encore des semi-marathons ou des trails de 25 km.

Quel est votre message en tant que marraine de la Strasbourgeoise ?

Je voudrais insister sur la prévention, car en France, une femme sur huit risque de développer un cancer, il ne faut pas attendre pour se faire dépister. Je voudrais aussi souligner l’importance de l’activité physique, qui aide à supporter les épreuves et permet de ne pas être isolé. Enfin, il faut toujours faire preuve de courage et ne pas se
laisser abattre !

CONTENUS SPONSORISÉS