OB2, pour l’amour du piano

Parmi les jolis moments du « Piano dans tous ses états », deux complices très talentueux, deux amis de longue date, se retrouvent sur scène pour la première fois, Vincent Bidal et Grégory Ott forment un duo pour l’occasion, deux pianos qui ne feront qu’un, le soir du 8 février, Salle du Millenium.

0
574

« Quand on m’a proposé ce projet à Haguenau, j’ai immédiatement pensé à Grégory qui a été mon professeur, c’est un pianiste que j’apprécie énormément », affirme Vincent Bidal qui a passé une partie de son enfance en Alsace du Nord avant de s’envoler pour Paris et de devenir un pianiste reconnu ; il est l’un des musiciens de la tournée des Enfoirés et accompagne des artistes comme Florent Pagny ou Thomas Dutronc. Pour lui, c’est à la fois un retour aux sources et une histoire d’amitié : « Nous allons jouer des compositions de Grégory, les miennes, et des standards de jazz, un peu de tout. À Haguenau, je serai là quelques jours avant et j’espère retrouver plein de gens que je n’ai pas vus depuis longtemps », s’enthousiasme Vincent Bidal.

Grégory Ott, lui aussi a roulé sa bosse, en jouant partout dans le monde, de Montreux au Zénith de Paris en première partie de Ray Charles. Il prépare un album solo et ne s’attendait pas à la proposition de son ancien élève et ami.

«Cela ne se refuse pas. Quand il me l’a proposé de former OB2, j’ai été très flatté, parce que, même s’il a été mon élève et que nous avons la même vision de la musique, c’est quelqu’un qui a atteint un niveau incroyable. C’est quelque chose que nous abordons avec beaucoup d’humilité, car jouer à deux pianos n’est pas un exercice facile, et puis, nous n’avons pas l’intention de faire des joutes pianistiques. Ce qui nous motive réellement tous les deux, c’est l’amour du piano, nous voulons proposer un joli spectacle», explique encore Gregory Ott.