Nord Alsace – Des films pour l’histoire

Une Fondation basée à Bruxelles réalise des vidéos sur la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement sur la libération. Au début de cet été, des tournages ont eu lieu à Niederbronn-les-Bains, au Chemin des cimes et au Fort de Schœnenbourg.

120
Marc Halter, au centre, a conté l’histoire de la région à l’équipe de tournage / ©DR

Lors du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, Europe Remembers, qui fait partie de la Fondation de la Route de la libération de l’Europe, a commencé à réaliser des vidéos sur les différents sites libérés en Angleterre, en Normandie, à Paris, en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Pologne. Le projet, interrompu en raison du Covid, a redémarré en Alsace. 

Différents sites ont été conseillés à l’équipe de tournage par Alsace Destination Tourisme, qui est également membre de la Fondation. Trois journées de tournage étaient prévues dans la région. Après être passée par les secteurs de Colmar et du Struthof, l’équipe s’est arrêtée en Alsace du Nord le 30 juin, au cimetière allemand de Niederbronn-les-Bains, au Chemin des cimes qui se trouve sur le Hochwald, le plus gros ouvrage de la ligne Maginot. 

Serge Strappazon et l’équipe de tournage ont visité le Chemin des cimes, qui se trouve sur le Hochwald, le plus gros ouvrage de la ligne Maginot

Un devoir de mémoire

Pour terminer, l’équipe s’est rendue à la casemate Esch et au Fort de Schœnenbourg, où elle a été accueillie par Marc Halter, président de l’Association des Amis de la Ligne Maginot : « Ici, il y a eu deux libérations : une première par les Américains en décembre 44. Les Allemands sont revenus un mois plus tard, et la deuxième libération a eu lieu en mars 45, par les Français et les Américains », raconte Marc Halter, qui précise que ce Fort est le plus visité en France, et le plus filmé, car il se trouve encore en très bon état. 

Les tournages se poursuivront à Berlin, en Italie et en République tchèque. Les vidéos de chaque journée, en cours de préparation, seront visibles sur le site Internet et les réseaux sociaux d’Europe Remembers, et sur les sites Internet des Offices de tourisme : « Nous espérons toucher les jeunes avec nos vidéos, car il est important qu’ils connaissent leur Histoire, qu’ils sachent d’où ils viennent », explique Rémi Praud, le directeur de la Fondation.

CONTENUS SPONSORISÉS