Mitsubishi Eclipse Cross, hybride sur prise

Lancée en 2017, l’Eclipse revient dans l’ère du temps avec une nouvelle version désormais Cross, typée SUV coupé et uniquement hybride rechargeable.

88
La face avant très agressive ne passe pas inaperçue avec sa large calandre en nid d’abeille, soulignée par quelques touches de chrome et encadrée d’une signature lumineuse de LED. / ©documents remis

L’Eclipse Cross a subi une cure de jouvence tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, et abandonne les motorisations purement thermiques au profit d’une unique version hybride rechargeable quatre roues motrices.

L’électrique privilégié

En comparaison avec la version précédente lancée en 2017, la face avant est désormais très agressive avec un pare-chocs plus massif et allongé, et une large calandre en nid d’abeille, soulignée de chrome et encadrée d’optiques et d’antibrouillards élargis sur une lame de feux de jour à LED avec clignotants. Avec sa ligne de profil étirée vers le haut de l’avant vers l’arrière, l’Eclipse Cross se donne des airs de SUV coupé, bien dans l’air du temps. À l’arrière, le hayon est moins abrupt et plus racé avec une lunette plus grande. Le véhicule s’est étiré de 14 cm, passant à 4,54 m, le porte-à-faux avant est plus important (+ 3,5 cm) et celui de l’arrière a pris 10,5 cm.

Avec sa ligne de profil étirée de l’avant vers l’arrière, l’Eclipse Cross se donne des airs de SUV coupé, bien dans l’air du temps.

L’habitacle n’y gagne pourtant rien et évolue même très peu par rapport à la version précédente, si ce n’est que le plancher est désormais plat. Heureusement, il est suffisamment spacieux pour accueillir confortablement 5 passagers de grande taille. Les matériaux utilisés et l’assemblage sont de bonne qualité. La planche de bord enveloppante est assez épurée, avec de série, un écran multimédia 8 pouces dont le design date un peu. Le tableau de bord, très fonctionnel, comporte un indicateur de fonctionnement du système hybride et de charge. Quant au volume du coffre, il se réduit à 328 litres.

Côté technologie, un moteur essence de 2,4 litres de 98 ch pour un couple de 193 Nm génère essentiellement de l’énergie pour alimenter la batterie de 13,8 kWh rechargeable (7 heures sur prise 8 A, 4 heures sur prise 16 A, 25 minutes pour 80 % de charge sur prise 50 kW), qui fait fonctionner deux moteurs électriques de 82 ch à l’avant et 95 ch à l’arrière, connectés aux roues par un simple réducteur, ce qui fait bien de ce SUV un 4 roues motrices. On dispose ainsi d’une autonomie d’une quarantaine de kilomètres. Une fois la batterie à plat, on passe automatiquement en mode hybride. Enfin, en mode Charge, le moteur thermique recharge la batterie en roulant.

Lors de notre essai la consommation mixte, hors mode électrique pur, a été contenue à 5 l/100 km et à 8 litres sur autoroute. En mode Eco, avec une conduite qui l’était tout autant, sur 100 km de voies rapides et de ville avec une batterie chargée à 100 % au départ, nous avons obtenu une moyenne totale de 3,6 litres. C’est très bien compte tenu des 1,9 tonne du véhicule. Cinq modes de conduite sont disponibles : « Normal » qui s’enclenche par défaut, « Eco » qui gère l’efficience, « Snow » pour les surfaces glissantes, « Gravel » sur les chemins de terre et « Tarmac » pour une conduite dynamique. Des palettes au volant modulent l’intensité du frein moteur, de la roue libre au ralentissement prononcé jusqu’à l’arrêt.

Sur la route, l’Eclipse Cross ne manque pas de vivacité grâce à sa puissance et ses quatre roues motrices. La suspension souple assure un bon confort en toutes circonstances et en ville grâce à un bon rayon de braquage. Compte tenu de son encombrement, l’Eclipse Cross est facile à utiliser. Son prix débute à 39 990 €.

Dans l’habitacle, tout est très soigné et de bonne qualité, sauf peut-être l’écran central, à l’aspect un peu vieillot par rapport au reste.

CONTENUS SPONSORISÉS