MG 5 à marche forcée

Tel un phénix automobile, l’illustre marque britannique MG est en train de renaître de ses cendres. Sous l’impulsion du groupe étatique chinois SAIC, le constructeur anglais veut retrouver ses ambitions mondiales. Cela passe par une gamme complète qui s’enrichit aujourd’hui du break MG5 100 % électrique.

70
Le MG5 est le seul break 100% électrique disponible sur le marché européen. / ©dR

MG est de retour. L’un des joyaux de la couronne britannique a trouvé un nouveau souffle sous l’impulsion du groupe étatique chinois SAIC. Les sorties des ZS, Marvel et EHS hybride rechargeable ont été remarquées. Misant sur la fée électricité pour proposer un catalogue complet, MG arrive aujourd’hui avec un break 100 % électrique, le premier du genre, baptisé MG5. On ne redevient toutefois pas un constructeur d’envergure mondiale d’un coup de baguette magique. La firme a dû s’adapter à son statut de marque renaissante et déployer quelques trésors d’ingéniosité pour sortir une gamme cohérente de modèles. Pour le moment, le marché européen n’a pas accès à la berline, qui sortira un peu plus tard dans l’année mais qui est déjà disponible en Chine. Ce MG5, quant à lui, écume déjà les routes de l’empire du Milieu depuis 2018. Ce petit jeu d’optimisation de la production ne vient pas sans quelques tours de passe-passe. À l’origine, le MG5 chinois fut en effet conçu pour recevoir des moteurs thermiques. Les ingénieurs ont ainsi dû rehausser le break pour intégrer les batteries sous le plancher, ce qui donne à la proposition esthétique un petit côté daté. En se penchant un peu sous le châssis, on aperçoit le carter des batteries qui a été laissé sans carénage, montrant à quel point il a fallu ruser pour faire du break un modèle 100 % électrique sans exploser les coûts de production.

Une question de priorité

Le principal intérêt de ce MG5 n’est de toute façon pas dans sa proposition stylistique des plus classiques. C’est son prix qui le rend particulièrement attractif. La version d’entrée de gamme, dotée d’une batterie de 50 kWh, est facturée 27 490 €, bonus inclus. Le surcoût demandé par la batterie de capacité supérieure est à peser à l’aune de ses usages. En effet, la version 61 kWh n’offre que 80 km de plus pour 3 000 € supplémentaires. Si l’on ajoute à cela les 21 ch de puissance en moins, on obtient un deal qu’il faudra justifier par des contraintes d’autonomie. Cette différence de prix s’explique par le recours à une chimie interne différente. En revanche, on aurait tort de faire l’impasse sur la montée en gamme de la finition Luxury qui, pour un surcoût de 1 500 €, offre la caméra 360°, la climatisation automatique, le capteur de pluie, les lève-vitres séquentiels, le siège conducteur électrique et les jantes de 17 pouces. MG tient sa promesse de proposer un break 100 % électrique très bien équipé pour moins de 30 000 € (bonus déduit). L’autonomie de la version 50 kWh est d’environ 320 km. La puissance de recharge maximale de 70 kW permet de récupérer 80 % de la charge en 40 minutes sur borne adaptée. Sur un branchement maison, il faudra compter plus de 18 heures pour une charge complète…

Sur la route, les bonnes dispositions dynamiques du MG5 sont indéniables. Les reprises et les accélérations sont franches, le 0 à 100 km/h étant bouclé en 8,3 s. On regrette toutefois l’amortissement perfectible et les bruits d’air omniprésents qui témoignent d’un aérodynamisme sans doute pas pensé pour l’électrique. Ces approximations se retrouvent à l’intérieur, avec l’usage de matériaux inégaux et certains assemblages douteux. Nul doute que ces compromissions étaient nécessaires pour accrocher un niveau de prix si attractif.

CONTENUS SPONSORISÉS