Mercedes EQB, le SUV familial passe au vert

Après l’EQA, Mercedes lance l’EQB, dérivé de son GLB, actuellement seul SUV familial 7 places 100 % électrique du marché.

108
À l’avant, la calandre fermée distingue l’EQB de son frère le GLB. / ©DR

Ceux qui avaient été séduits par la version thermique du GLB ne seront pas insensibles à cette évolution à batteries. En France, pour l’heure, seule la version 350 4Matic AMG Line sept places de série est proposée en attendant l’arrivée début 2023 d’une version moins puissante et moins onéreuse pour le marché français.

Proche de la version thermique

L’EQB est directement dérivé du GLB thermique qui avait été conçu pour être décliné en électrique. On en retrouve donc l’esthétique générale tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Dans le détail, il se différencie par la calandre pleine « Black Panel » avec étoile centrale et un bandeau lumineux à l’avant et à l’arrière qui relie les feux à éclairage intégral LED, typiques des Mercedes électriques.

À l’arrière, la plaque d’immatriculation a été déplacée vers le bas au niveau du bouclier, offrant ainsi un hayon plus harmonieux. L’habitacle est futuriste avec son écran média tactile haute résolution de 10,25’’, l’instrumentation digitale de 10,25’’ et la navigation GPS 3D optimisée EQ. Les poignées des portes, la console centrale et la planche de bord côté passager sont agrémentées d’éléments en finition aluminium du meilleur goût. Toutes les fonctions sont accessibles depuis l’écran tactile, de la commande de la console centrale ou bien encore depuis le petit bouton du volant multifonction. Mais pour ne pas être distrait de la conduite, il est possible de recourir à la commande vocale, vraiment efficace.

La planche de bord, futuriste, impresionne de par ses dimensions et ses équipements.

Sept places de série

Long de 4,68 m, large de 1,83 m et haut de 1,66 m, l’ EQB dispose d’un espace généreux grâce à un empattement de 2,82 m. Et bien sûr, son gros atout est de proposer 7 places de série. Certes, les deux places du troisième rang réduisent le volume du coffre à 130 litres mais peuvent accueillir des personnes de moins d’1,70 m. L’accès se fait en coulissant le rang 2 de 14 cm vers l’avant. Ces sièges disparaissent sous le plancher du coffre qui redevient alors plat avec un volume utile de 465 litres, passant à 1 620, la banquette du rang 2 rabattue.

Puissance et stabilité

À la conduite, ses deux moteurs électriques cumulent une puissance de 292 ch qui lui permettent malgré son poids très élevé (2 175 kg) de puissantes accélérations et des relances très efficaces en toutes circonstances. La transmission intégrale est assurée par les moteurs électriques (asynchrone à l’avant et synchrone à l’arrière)

qui entraînent chacun un essieu. Cela procure à l’ensemble une stabilité et une sécurité par tout temps et sur tous les revêtements. La suspension est assez ferme mais reste confortable, bien aidée par une sellerie agréable. Globalement, le confort acoustique permet de profiter pleinement de l’excellent système audio sans être gêné par le ronflement du moteur qui est absent.

Une autonomie raisonnable

Cependant, le poids étant comme toujours l’ennemi de la consommation, avec ses 2 175 kg, l’EQB se montre gourmand. L’autonomie de la batterie, donnée pour 423 km (WLTP), fond rapidement. Lors de notre essai, nous avons mesuré 18,4 kWh / 100 km sur route secondaire, et plus de 24 kWh / 100 km sur autoroute. Cela dit, avec une conduite modérée et en jouant sur les différents modes de régénération accessibles depuis les palettes au volant, on peut certainement atteindre les 370 à 380 km d’autonomie. Pour vous y aider, le système de navigation optimise vos parcours et les recharges en fonction des itinéraires planifiés, de votre conduite, et des bornes électriques libres.

À l’arrière, un bandeau lumineux court sur toute la largeur réunissant les feux à LED.

L’EQB est équipé de deux chargeurs embarqués : un AC de 11 kW et un DC de 100 kW. Deux câbles sont fournis en série, et sur une prise domestique il faudra compter jusqu’à 35 heures pour passer de 10 à 100% de la batterie 66,5 kWh, 5h45 sur borne murale 11 kW, 9h15 sur une wallbox 7,4 kW. Sur une borne rapide jusqu’à 100 kW, ce temps sera réduit jusqu’à 30 mn. Finalement, le seul vrai défaut de cet EQB est son tarif qui débute à 64 650 €.

CONTENUS SPONSORISÉS