Mercedes EQA 250, le SUV classe A sans émission

Après l’EQC et l’EQV, Mercedes s’attaque à l’accès de sa gamme électrique avec l‘EQA, version zéro émission de son GLA, avec 426 km d’autonomie et un confort étoilé.

98
L’EQA reprend les traits caractéristiques des modèles électrifiés de Mercedes, avec cette calandre noir laqué surmontée d’une ligne de feux de jours qui ne s’allument qu’à l’arrêt. / ©DOCUMENTS REMIS

Mercedes a mis le turbo pour rattraper son retard en matière d’électrification de ses véhicules. Après l’EQC, puis l’EQV, il a lancé ce printemps son modèle d’accès zéro émission avec l’EQA, faux jumeau du GLA dont il reprend la plateforme et quelques caractéristiques esthétiques ainsi que le gabarit.

UN CONFORT ÉTOILÉ

Pour les différences, il faut se référer au grand frère EQC dont l’EQA reprend les rondeurs affinées, avec notamment un avant aux phares étirés réunis par une ligne de feux de jour allumés à l’arrêt fondus dans la calandre lisse noir laqué et son bandeau lumineux traversant à l’arrière, la plaque d’immatriculation étant descendue sous le pare- chocs. Dans l’habitacle par contre, la gémellité avec le GLA est assumée. Tout y est identique et aussi réussi, comme cette planche de bord avec son enfilade d’écrans de série de 10,25 pouces soulignée par trois aérateurs style avion. Et comme toujours chez Mercedes, la finition et les matériaux sont flatteurs. Enfin pour clore les jeux des différences avec le GLA, il faut souligner que la présence des batteries et du chargeur à l’arrière sous le fond du coffre entraîne une perte de volume de chargement. Celui-ci n’est plus que de 340 litres.

Question équipements, l’EQA reprend tout ce que Mercedes peut offrir de meilleur et y ajoute la navigation avec intelligence électrique qui vous aide à aller où vous le voulez en vous assurant de ne jamais manquer de courant, le calcul de l’itinéraire tenant compte de l’autonomie disponible, de la consommation instantanée, de la topographie et des recharges à prévoir. Un contrôle actif de l’autonomie peut aussi afficher la vitesse maximale à ne pas dépasser pour arriver à destination si vous avez raté un point de recharge.
L’EQA, qui est dans un premier temps disponible en version unique 250, est doté d’un moteur asynchrone de 190 ch développant 375 Nm sur les roues avant. Il est alimenté par une batterie de 66,5 kWh qui lui assure une autonomie WLTP de 426 km. Sur une borne du type Ionity de 100 kW, la recharge de 10 à 80% se fait en 30 minutes. Via le chargeur embarqué de 11 kW avec une wallbox ou une borne publique, il faudra compter 5h45 pour passer de 10 à 100%. Sur une prise domestique, il faut compter 30 heures.

Le coffre pâtit de la présence des batteries et du chargeur. Il n’offre que 340L de volume dont il faudra aussi déduire le sac des cordons de chargement.

UNE BONNE AUTONOMIE

Avec un poids total de 2040kg, on aurait pu craindre que cette version électrique ne soit un peu molle. Sur notre parcours d’essai dans les Alpes autour des lacs du Bourget et d’Annecy, force a été de constater que non seulement les promesses d’autonomie sont tenues, grâce notamment à un système de régénération très efficace qui est géré automatiquement avec la navigation si on le veut, mais en plus on se prend même à éprouver d’agréables sensations de conduite plus typées confort que sportives.
Le coffre pâtit de la présence des batteries et du chargeur. Il n’offre que 340L de volume dont il faudra aussi déduire le sac des cordons de chargement.

Après l’EQC et l’EQV, Mercedes s’attaque à l’accès de sa gamme électrique avec l‘EQA, version zéro émission de son GLA, avec 426 km d’autonomie et un confort étoilé.
Si Mercedes a choisi de ne pas vraiment pouvoir dépenser toute son énergie au démarrage en contenant le 0 à 100 km/h en 8,9 secondes, c’est pour mieux assurer en continu les relances et les accélérations (limitée à 160 km/h maxi). De plus, comme sur pas mal d’électriques, l’implantation de batteries abaisse le centre de gravité rendant ainsi l’agilité de l’auto extraordinairement agréable et sécurisante. Et tout cela dans un confort et un environnement premium typiques de Mercedes où quasiment rien ne manque au bonheur du conducteur et de ses passagers.

Cette nouvelle étoile brille aussi par sa grille tarifaire car son prix d’entrée de gamme est de 47 900 € en finition Progressive Line, soit moins cher qu’un GLA hybride rechargeable. Plus étonnant encore, Mercedes propose pour le lancement de l’EQA une série Limited Edition à 44 900 € qui peut bénéficier du bonus de 7 000 € jusqu’à fin juin ! Ensuite il faudra prévoir 47 900 € pour la version équivalente en Progressive Line.

Comme dans le GLA, l’EQA offre un habitacle irréprochable.

CONTENUS SPONSORISÉS