Mercedes Classe C All-Terrain : la campagne en mocassins

En lançant la Classe C en version tout-terrain, Mercedes pense à la clientèle qui pourrait occasionnellement faire valoir un penchant baroudeur. Le prix de départ est à 55 550 €.

53
©DR

Pour ceux qui trouvent qu’un break classique n’est pas adapté au tout-terrain et qu’un SUV est trop haut sur pattes, Mercedes propose désormais une alternative polyvalente dans sa famille Classe C avec une version All-Terrain. Cette sortie s’imposait face à la concurrence des Audi et Volvo qui, depuis longtemps, proposent ce concept à succès.

Les caractéristiques du design tout-terrain de cette Classe C comprennent la calandre distinctive, les pare-chocs spéciaux, la protection anti-encastrement simulée à l’avant et à l’arrière et les revêtements de passage de roue en gris foncé mat.

Par rapport à la Classe C break classique (ou SW), la version All-Terrain présente des dimensions semblables, soit 4,75 m de long tandis que la largeur, 1,84 m, prend 2 cm à cause des revêtements des passages de roues. L’augmentation de la garde au sol d’environ 4 cm fait passer la hauteur du véhicule à 1,49 m. Le volume du coffre reste identique, variant de 490 à 1 510 litres grâce à la banquette rabattable (40/20/40) et le hayon est à ouverture électrique.

200 ch sous le capot

Côté poste de conduite, pas de changement majeur, si ce n’est une instrumentation numérique qui gagne un affichage off-road contenant des informations telles que l’inclinaison, la déclivité et l’angle de braquage. Les coordonnées géographiques et une boussole sont également affichées. La voiture hérite donc du très grand écran central LCD haute résolution pour l’infodivertissement et la navigation, mais hélas placé un peu trop bas sous les ouïes d’aération cerclées de chrome assez ostentatoires.

Comme sur la Classe C SW, deux moteurs 4 cylindres sont disponibles, un essence 1,5 litre de 240 ch et 300 Nm (C 200), et un 2 litres Diesel de 200 ch et 440 Nm (C 220 d). Ils sont associés à des boîtes automatiques à 9 rapports. Les vitesses maxi sont équivalentes (231 km/h) et les accélérations de 0 à 100 km/h sont respectivement de 7’’5 et 7’’8.

Baroudeuse et bourgeoise

Avec sa garde au sol importante, la version All-Terrain dispose évidemment de la transmission intégrale 4Matic de série. Celle-ci peut transmettre jusqu’à 45 % de la puissance du moteur sur l’essieu avant, et jusqu’à 55 % sur l’essieu arrière.

Accompagnée habituellement de quatre modes de conduite, elle en compte deux supplémentaires pour la conduite hors routes plus ou moins difficiles, se jouant alors des chemins de terre ou terrains escarpés. Le système adapte les caractéristiques du moteur, de la transmission, de la direction, de l’ESP et de la boîte auto.
Le changement de mode se réalise en roulant sans la moindre perception de la part des passagers. De toute façon, la Classe C 200 All-Terrain, objet de l’essai, évolue en silence, apportant confort et sérénité.

Un éclairage numérique approprié

On ne peut que louer la qualité de fabrication de Mercedes en général, son niveau de sécurité par ses aides à la conduite très évoluées, et ses équipements, bien que beaucoup soient en option.

Ainsi, la Classe C est équipée de série de phares à LED haute performance mais le système Digital Light, familier de la nouvelle Classe S, est en option.

Pour la version All-Terrain, il comprend un éclairage spécial tout-terrain plus large permettant au conducteur de voir les obstacles plus rapidement, même dans les virages. La fonction est active jusqu’à 50 km/h, et s’éteint automatiquement au-delà de ce seuil.

CONTENUS SPONSORISÉS