Mercedes CLA : transformer l’essai

Mercedes renouvelle son CLA. Sur le papier, cette annonce a moins de résonance que s’il s’agissait de la Classe S ou de la Classe C. Mais c’est mal connaître l’importance que le « petit » coupé 4-portes a prise dans la nouvelle stratégie de l’Étoile, jusqu’à devenir un pion majeur.

0
26

Dans sa constellation d’étoiles, Mercedes n’a pas choisi au hasard la star qui allait porter son drapeau au Salon de Genève. Non, ce ne sera pas la dernière génération de la Classe A ou un restylage de la Classe S, mais bien le nouveau CLA. Un choix qui peut surprendre mais qui est finalement d’une évidente clairvoyance. Le CLA premier du nom s’est en effet écoulé à 750 000 exemplaires. Une véritable performance renforcée par le fait que l’âge moyen des acheteurs est de dix ans inférieur à la moyenne des fidèles du constructeur allemand. Mieux, la moitié de ceux qui ont succombé au charme du CLA venait de la concurrence et 75 % d’entre eux sont restés, par la suite, fidèles à Mercedes.

Soigner le CLA, c’est donc, pour Mercedes, investir dans l’avenir. Pas étonnant, alors, qu’avant de s’arrêter sur les bords du lac Léman pour sa première sortie Européenne, le nouveau CLA soit passé par le CES de Las Vegas, la grand-messe des nouvelles technologies, si chère aux natifs des années 1980-2000. Ceux mêmes qui sont venus au monde avec un joystick et un câble ethernet dans les mains et qui représentent aujourd’hui la cible privilégiée des constructeurs premium…

Atout charme

Pourtant, le CLA n’a ni motorisation révolutionnaire ni ambitions futuristes particulières. Cette nouvelle itération joue avant tout sur son charme fou pour plaire à une clientèle jeune. Le coupé repose toujours sur la plateforme technique de la Classe A et offre un parfait mélange entre la berline compacte et le grand CLS.

Le CLA est désormais plus long de 48 mm (4,68 m) et abaissé de 2 mm, mais ce sont surtout ses voies élargies de 5 cm qui changent véritablement sa stature, encore plus ancrée au sol. Les lignes s’affinent et apparaissent plus aérodynamiques pour un surmoi sportif omniprésent. Seul l’arrière, arrondi et un peu pataud, dénote avec la parfaite tenue de la silhouette. Sans doute Mercedes a-t-il été contraint de faire quelques compromis pour intégrer une fuite de toit malicieusement arrondie afin d’assurer une garde haute accueillante aux passagers et de préserver le volume généreux de la malle, caracolant à 460 l. L’ensemble est toutefois sublime.

L’intérieur est davantage connu puisque c’est celui que l’on a découvert sur la dernière Classe A. Là encore, le charme opère immédiatement. La planche de bord intègre deux écrans pouvant atteindre jusqu’à 10,25 pouces. Le premier remplace l’instrumentation analogique, le second concentre tout l’univers multimédia. À la baguette, Nvidia, garant d’un rendu 3D de premier ordre. Le système de navigation est ainsi bluffant, surtout lorsqu’intervient la réalité augmentée. La caméra du véhicule est alors sollicitée. Celle-ci affiche sur l’écran, en surimpression, les flèches de direction, les numéros des rues, les points d’intérêt, etc. Simple et très efficace.

L’assistant intelligent MBUX, pour Mercedes Benz user Experience, est aussi de la partie dans une version améliorée. D’un simple « Hey Mercedes » ou « Mercedes », le cerveau du CLA tend l’oreille et tente de répondre au moindre souhait du conducteur. L’Étoile précise que le système gagne en finesse. Par exemple, on peut dire simplement « Hey Mercedes, je mangerai bien dans un restaurant italien bien noté et avec des plats végétariens » pour que la navigation affiche la destination la plus pertinente. Et ce système apprend au fur et à mesure qu’on l’utilise pour gagner encore en précision. Sans oublier que tout ce beau monde réagit également aux commandes gestuelles. À noter, l’apparition du système « PRE-SAFE® PLUS » qui permet de détecter un risque de collision par l’arrière et qui, en cas de choc, bloque les freins afin de limiter la poussée provoquée par l’impact.

Les habitacles présentés dernièrement par Mercedes sont indéniablement un cran au-dessus de ceux que peut proposer la concurrence directe. Pour ne rien gâcher, l’empattement plus important bénéficie aux passagers qui jouissent d’un espace généreux. Même si le CLA a déjà pris un bain de foule à Las Vegas avant son voyage pour Genève, Mercedes n’a encore rendu publiques ni ses caractéristiques détaillées ni sa grille de tarifs qui devrait débuter à 30 000 €. Il faudra attendre la fin du Salon de Genève pour en savoir un peu plus sur les motorisations. Pour le moment, seul le 4-cylindres turbo essence de 225 ch et 350 Nm de couple, avec sa boîte à double embrayage 7G-DCT, est confirmé avant la sortie en mai prochain. Un passage par le stand AMG est également prévu. Ce CLA s’annonce comme l’une des grandes stars de cette année.