Mamie tricote toute l’année

Depuis trois ans, Liliane, la « Mamie tricot » brumathoise, fabrique bénévolement des vêtements pour les prématurés des hôpitaux. Depuis le mois dernier et son apparition remarquée dans une vidéo publiée sur le groupe Facebook « Brumath en Alsace », des centaines d’habitants se sont mobilisés pour lui apporter dons et soutien.

59376

Certains nouveau-nés ne dépassent pas les trente-cinq centimètres pour un kilo. Et malheureusement, les boutiques spécialisées ne vendent généralement pas de vêtements adaptés à leurs petits gabarits. 

Alors, pour combler ce manque et afin d’alléger les difficultés des services de néonatologie du Bas-Rhin, Liliane tricote des bonnets, des chaussettes, des gigoteuses ou encore des bodies format tripe XS. Un travail de longue haleine qu’elle s’évertue à accomplir seule et durant toute l’année depuis chez elle, comme lors du premier confinement, lorsqu’elle avait participé au tricotage des 2500 masques distribués par la Mairie de Brumath.

Une main tendue au bout du fil

Pour Jacky Djackenew, l’administrateur du groupe Facebook de 6 300 membres
« Brumath en Alsace », la générosité de Liliane force le respect. Le mois dernier, c’est lui qui lui a innocemment proposé de publier une vidéo pour faire connaître son initiative. 

Aujourd’hui encore, il est toujours surpris de l’engouement généré par la petite dame de soixante-dix ans : « La première vidéo de Mamie tricot a particulièrement marché. Quand j’ai commencé à recevoir des messages privés me proposant spontanément de lui offrir des pelotes, j’ai senti quelque chose d’inédit sur le groupe », confie-t-il.

Une réputation, ça se tricote !

De près ou de loin, tous ceux qui connaissent Liliane l’appellent désormais par son nouveau surnom de « Mamie tricot ». Pourtant, cela fait déjà un moment que l’ancienne nourrice tricote des pulls, des gilets ou encore des écharpes pour les enfants du village. En toute simplicité, elle confie que, pour elle, peu importe le destinataire, « Tricoter reste l’une des plus belles manières d’offrir. » Tous les six mois, elle passe par l’intermédiaire d’une association à Mutzig qui se charge de redistribuer ses vêtements entre les hôpitaux du Bas-Rhin. 

Pour Mamie tricot, Jacky récupère plusieurs fois par semaine des sacs entiers de matières premières (pelotes, boutons) à l’enseigne Phildar, au 29 rue Jacques Kable à Brumath. Le prochain colis de Mamie tricot, composé de ces dons devrait être envoyé aux hôpitaux bas-rhinois dans le courant du mois de mars.  

CONTENU SPONSORISÉ